2.11.08

Une jeune fille de treize ans lapidée en Somalie

La Somalie est un État de la "corne" à l'est de l'Afrique.

Un communiqué de Amnesty International, relayé par Al Jazeera (en anglais) relate la mort, le 27 octobre 2008 de cette personne nommée Aisha Ibrahim Duhulow.

La jeune fille s'était plaint d'avoir été violée par trois hommes. On sait que la "jurisprudence" islamique (en l'occurrence chaféiste, une des quatre école "juridique" de l'islam sunnite) considère qu'une femme qui a été violée est coupable d'adultère !

Selon Mahmoud Azab l'adultère n'est pas une relation hors mariage consentie, elle est une relation hors mariage, consentie ou non et entre gens mariés ou non par ailleurs.

A la question qu'est-ce que l'adultère selon l'islam, il répond :

"Mahmoud Azab : C’est une relation sexuelle, hors mariage, entre un homme et une femme ou entre deux hommes ou entre deux femmes."

Le mot adultère est pris ici dans un sens qu'il n'a dans aucune langue. Il ne rend pas compte de ce qu'est l'adultère : relation sexuelle complète entre deux partenaires consentant dont l'un au moins est marié par ailleurs.

C'est en raison de la distorsion entre la réalité et le discours qu'une jeune fille non consentante est condamnée à mort.

La sanction de ce pseudo délit, pour les musulmans est soit le fouet (cent coups (100 coups) de fouets pour chacun prévu par le Coran lui-même), soit la mort par lapidation prévue par un "hadith" (anecdotes relatant une action de Mohamed qui ont aussi valeur "juridique")

Les droits de la femme sont bafoués sous l'influence de textes irrationnels, car on peut difficilement aller plus loin dans l'irrationnalité du "droit" pénal.

Le premier droit de l'homme est le droit à la vérité et le deuxième le droit à la justice qui est la vertu qui nous fait donner à chacun ce qui lui est dû.

2 commentaires:

Marie a dit…

C'est de la barbarie à l'état pur. Il parait qu'un millier de personnes ont assisté à la mise à mort. Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ces horribles barbares?

Denis Merlin a dit…

Que se passe-t-il ? Je me le demande.

Quand on n'a que la foi, voilà où l'on en arrive. La foi chrétienne est fondée sur des motifs de crédibilité, exalte la raison (qui est image de Dieu en nous et ne peut entrer en conflit avec la foi)

Ce qui est curieux, c'est que ces gens agissent au nom de la "juridprudence" (établie au moyen âge musulman) et fondée sur des textes d'une extrême faiblesse intellectuelle, pour ne pas dire complètement idiots.

"Sacré", "jurisprudence" : les mots sont donc leur piège.