21.7.16

Des pièces de Franz Schubert à découvrir



Un Néerlandais qui a pris pour pseudonyme Johnny The Selfkicker met en ligne sur youtube des morceaux de musique classique souvent méconnus. Méconnus de moi tout au moins...

Divorce entre la psychologie des femmes et celle des hommes: les cas d'Oreste et d'Hermione

Andromaque, acte V

Hermione a demandé à Oreste d'assassiner le roi Pyrrhus. Car elle aime Pyrrhus qui la dédaigne (sans la haïr) pour Andromaque. Folle d'amour, de haine et de douleur en raison de son humiliation, elle a demandé à Oreste, qui est amoureux d'elle, mais qu'elle n'aime pas particulièrement, de "liquider", comme disaient les soviétiques, Pyrrhus. Oreste et ses hommes ont assassiné Pyrrhus dans un temple, juste après son mariage avec Andromaque.

Oreste qui, en compagnie de ses gardes du corps, vient d'assassiner Pyrrhus se présente à Hermione lui raconte la mort de Pyrrhus et croit que, reconnaissante, elle va accepter sa proposition de rentrer en Grèce en vue de, ensemble, couler des jours d'amour et de bonheur.

Il va être déçu.

« HERMIONE
Qu'ont-ils fait !
ORESTE
          Pardonnez à leur impatience :
Ils ont, je le vois bien, trahi votre vengeance.
Vous vouliez que ma main portât les premiers coups,
Qu'il sentît en mourant qu'il expirait pour vous ;
Mais c'est moi dont l'ardeur leur a servi d'exemple :
Je les ai pour vous seule entraînés dans le temple,
Madame ; et vous pouvez justement vous flatter
D'une mort que leurs bras n'ont fait qu'exécuter.
Vous seule avez poussé les coups...
HERMIONE
          Tais-toi, perfide,
Et n'impute qu'à toi ton lâche parricide.
Va faire chez tes Grecs admirer ta fureur,
Va, je la désavoue, et tu me fais horreur.
Barbare, qu'as-tu fait ? Avec quelle furie
As-tu tranché le cours d'une si belle vie !
Avez-vous pu, cruels, l'immoler aujourd'hui,
Sans que tout votre sang se soulevât pour lui ?
Mais parle. De son sort qui t'a rendu l'arbitre ?
Pourquoi l'assassiner ? Qu'a-t-il fait ? A quel titre ?
Qui te l'a dit ?
ORESTE
          O Dieux ! Quoi ? ne m'avez-vous pas
Vous-même, ici, tantôt, ordonné son trépas ?
HERMIONE
Ah ! Fallait-il en croire une amante insensée ?
Ne devais-tu pas lire au fond de ma pensée ?
Et ne voyais-tu pas dans mes emportements
Que mon coeur démentait ma bouche à tous moments ?
Quand je l'aurais voulu, fallait-il y souscrire ?
N'as-tu pas dû cent fois te le faire redire ?
Toi-même avant le coup me venir consulter,
Y revenir encore, ou plutôt m'éviter ?
Que ne me laissais-tu le soin de ma vengeance !
Qui t'amène en des lieux où l'on fuit ta présence ?
Voilà de ton amour le détestable fruit :
Tu m'apportais, cruel, le malheur qui te suit.
C'est toi dont l'ambassade, à tous les deux fatale,
L'a fait pour son malheur pencher vers ma rivale.
Nous le verrions encor nous partager ses soins ;
Il m'aimerait peut-être ; il le feindrait du moins.
Adieu. Tu peux partir. Je demeure en Epire :
Je renonce à la Grèce, à Sparte, à son empire,
A toute ma famille ; et c'est assez pour moi,
Traître, qu'elle ait produit un monstre comme toi.


Scène 4
ORESTE, seul
Que vois-je ? est-ce Hermione ? Et que viens-je d'entendre ?
Pour qui coule le sang que je viens de répandre ?
Je suis, si je l'en crois, un traître, un assassin.
Est-ce Pyrrhus qui meurt ? et suis-je Oreste enfin ?
Quoi ! J'étouffe en mon coeur la raison qui m'éclaire ;
J'assassine à regret un roi que je révère ;
Je viole en un jour les droits des souverains,
Ceux des ambassadeurs, et tous ceux des humains
Ceux-même des autels où ma fureur l'assiège :
Je deviens parricide, assassin, sacrilège.
Pour qui ? pour une ingrate à qui je le promets,
Qui même, s'il ne meurt, ne me verra jamais,
Dont j'épouse la rage. Et quand je l'ai servie,
Elle me redemande et son sang et sa vie !
Elle l'aime ! Et je suis un monstre furieux !
Je la vois pour jamais s'éloigner de mes yeux !
Et l'ingrate, en fuyant, me laisse pour salaire
Tous les noms odieux que j'ai pris pour lui plaire ! »

Mes lecteurs savent certainement que cela va encore plus mal finir puisque Hermione se suicidera et qu'Oreste deviendra fou.

Mais ce serait un contre-sens de croire que Hermione a "manipulé" Pyrrhus. Selon cette thèse que j'ai entendu défendre elle aurait profité de l'amour d'Oreste pour elle ; puis qu'elle aurait jeté comme on jette l'écorce du citron... Une Hermione machiavélique ! Peut-on se rendre coupable d'un plus lourd contresens ?

Oreste en revanche avant et après son crime évalue mal le poids social de l'homicide.

Racine exprime génialement tout le divorce entre la psychologie féminine et celle de l'homme. Oreste parle en terme de reconnaissance, de dû et de cohérence. Hermione lui répond qu'il lui fait horreur maintenant, comme il lui était indifférent avant son crime, qu'elle aime et a toujours aimé Pyrrhus même lorsqu'elle était en colère contre lui.

En outre, le personnage d'Hermione exprime le drame de l'âme humaine constamment ballotée entre mille idées parfois contradictoires. Et cela s'exacerbe dans les crises.

Les idées qui s'emparent de l'âme humaine ressemblent aux vagues de la mer: impossible de les dénombrer, de les distinguer, elles apparaissent et disparaissent. Elle existent, elles sont distinctes, mais nous ne pouvons ni les prévoir ni les distinguer. C'est Bossuet qui emploie cette comparaison pour rendre compte du chaos des idées dans l'âme humaine.

Le Conseil d'État a une conception clivante de l'ordre public

Lu sur Le Figaro cette déclaration de M. Valls:

« Cette adaptation de la loi de 1955 était rendue nécessaire par la décision du Conseil constitutionnel du 19 février, qui avait censuré cette disposition faute de garanties légales propres à assurer une conciliation équilibrée entre la sauvegarde de l'ordre public et le droit au respect de la vie privée», a ajouté Manuel Valls. Les Sages avaient en effet décidé le 19 février de censurer une partie de la loi sur l'état d'urgence concernant les saisies informatiques lors des perquisitions. »

Les prétendus "sages" du Conseil d'État ne savent-ils pas que le respect de la vie privée fait partie de l'ordre public ?

Dans le cas de l'attentat de Nice, si l'on croit à la version officielle voici un petit ouvrier chauffeur livreur qui n'a jamais fait parler de lui pour des activités non pas islamistes, mais simplement musulmanes, qui n'a jamais tué ne serait-ce qu'une fois, même par accident, qui n'est pas connu des services de renseignements, voilà donc notre homme qui en trois jours s'est "radicalisé".

Quel intérêt d'avoir dans ce cas extraordinairement grave d'avoir la possibilité de confisquer ses ordinateurs sans aucune intervention d'un magistrat ? Aucun.

Mais surtout le fait de donner à l'administration la possibilité de saisir ses ordinateurs est non seulement un viol de la vie privée, mais encore un vol entraînant des conséquences sur le droit d'auteur et la liberté de pensée et d'expression et évidemment le droit de propriété.

Sous-bois Alta valle di Susa (Italie)


Je rappelle d'ailleurs que la garantie présentée par la magistrature française est illusoire puisque les magistrats français ont ordonné ou au moins autorisé le vol des ordinateurs de monsieur Reynouard, selon les affirmations de monsieur Reynouard lui-même, à quatre reprises. Je rappelle que la moralité de nombreux magistrats laisse à désirer (voir mon blog).

Ce n'est donc pas d'état d'urgence dont les Français ont besoin mais de plus de liberté d'expression dans le cadre d'un véritable ordre public ferme et véritablement impartial interdisant les appels à l'homicide dans tous les discours, y compris religieux. Il ne faut faire acception d'aucune religion, d'aucune opinion religieuse ou a-religieuse (donc y compris les discours marxistes d'appel à l'homicide). Il est donc parfaitement vrai de dire que l'État ne peut viser aucune croyance particulière et qu'il ne peut viser l'islam plutôt que le catholicisme ou d'autres obédience religieuses chrétiennes ou le judaïsme ou l'athéisme (etc.) C'est la parfaite égalité de tous, sans distinction de croyances.

Repentons-nous car "Il est plus tard que vous ne croyez"


C'est un renforcement de l'ordre public de liberté qu'il faut, un renforcement de la protection de la vie privée, un rétablissement de la liberté d'expression politique, pas l'inverse. Il ne faut pas de tyrannie, il faut l'authentique liberté des hommes.

Inutile de faire observer que Manuel Valls et le Conseil d'État (dans la mesure où Valls dit vrai) se fourvoient complètement en opposant l'ordre public et le respect de la vie privée. Ce faisant d'ailleurs ils ouvrent la voie, au moins en principe. à l'annihilation de tous les droits de l'homme.

Le Conseil d'État a-t-il lu l'article 30 de la Déclaration universelle des droits de l'homme ?

« Article 30
Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés. »

Comme l'humanité est un bloc, l'ordre public est un bloc, les droits de l'homme sont un bloc. Il n'y a pas d'arrangement vaseux entre l'ordre public d'un côté et les droits de l'homme de l'autre, il y a l'ordre public qui protège la vie privée, le droit de propriété et la sécurité d'un seul bloc.

Ce n'est que le Christ-Roi qui peut nous apporter cette authentique liberté, ce parfait équilibre des droits et des devoirs. Encore faut-il demander à Jésus de venir régner sur nos cœurs, nos lâches cœurs (1).

(1) Gli Italiani, tutti ladroni, l'expression est volée à Racine:

 « Muet à mes soupirs, tranquille à mes alarmes,
Semblait-il seulement qu'il eût part à mes larmes ?
Et je le plains encore ! Et, pour comble d'ennui,
Mon coeur, mon lâche coeur s'intéresse pour lui »

Déclare Hermione amoureuse de Pyrrhus. Fin connaisseur du cœur féminin, ce Jean Racine. (Dans la langue de Racine, le terme "ennui" a un sens beaucoup plus fort qu'il ne l'a aujourd'hui. On dirait probablement aujourd'hui "torture morale")

20.7.16

À tous ceux qui ne partent pas en vacances



À tous ceux qui ne peuvent pas partir en vacances comme moi en raison de la malhonnêteté des juges français aux yeux bleus, je dédie cette vidéo où ils pourront visiter la Calabre et voir la mer Méditerranée en rêve.

Regardez-moi cette tête de macaroni !





Chers Bretons, je suis rital (enfin un peu)



La mode étant à la pleurniche, je vais moi aussi pleurnicher que je suis un bâtard moitié rital et moitié français.

Face à la cour d'appel de Rennes où règnent les Bretons aux yeux bleus, moi j'avais aussi les cheveux couleur corbeau (maintenant ils sont blancs) et ma fille Hélène avait aussi les cheveux noirs intense.

Mon grand-père d'origine italienne (en un sens) pourtant a fait Verdun dans l'armée française....



Ne me demandez pas si mon grand-père maternel a fait la guerre de 14. La magistrature du genre de Beuzit (regard clair fixé sur la ligne bleue horizon des tueurs de la République, mais à la retraite) qui n'aime pas les métèques ne me permet pas de faire l'inventaire des successions de mes parents. Donc je ne sais presque rien de ce grand-père.

Notez que Beuzit qui n'aime pas les métèques mais aime les vrais Français blonds aux yeux bleus ne m'a pas plus permis de procéder à l'inventaire des biens de ma fille Hélène disparue dans des conditions mystérieuses. Car sa mort n'a fait l'objet d'aucune enquête sérieuse. Avec ses cheveux de métèque... aussi... on s'en fout un peu de sa mort, pas vrai Beuzit ?



Regardez à 1' 03", on dirait une caricature des tueurs de la République.

Le communiqué clivant de Mgr Pontier

Voici le communiqué de Mgr Pontier président de la Conférence épiscopale française à propos des événements de Nice du 14 juillet:

« Nice a été touché hier par un odieux attentat.
Aveuglement, des hommes, des femmes, des enfants ont été tués alors qu’ils venaient de célébrer le 14 juillet 2016 avec l’ensemble du pays.
La Conférence des évêques de France (CEF) s’associe pleinement à la douleur des proches et des familles des victimes. Elle les assure de ses pensées et de ses prières.
Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la CEF, invite tous les catholiques de France à prier spécialement pour les victimes et leurs proches lors des messes de ce dimanche 17 juillet.
Cette tragédie vient s’ajouter à la triste liste d’actes terroristes qui endeuillent notre pays et d’autres pays dans le monde depuis de nombreux mois. Quel qu’en soit le motif, cette barbarie est inacceptable, intolérable.
Notre pays a été meurtri alors qu’il vivait un moment d’union nationale. Plus que jamais, la solidarité nationale doit être plus forte que le terrorisme.
Dans la douleur du jour, il nous faut garder la certitude que l’unité est supérieure à la division.
Conférence des évêques de France »

D'abord, il existe des gens qui ne célèbrent pas le 14 juillet, il n'en sont pas moins Français. Ce n'est donc pas l'unanimité des Français qui célèbre le 14 juillet.

Il y en a marre de ces prises de position politiques et partisanes par l'épiscopat.

Certes moi aussi je m'associe à la douleur des familles des morts de tous les morts. Mais je m'associe aussi à la douleur des familles des auteurs de l'attentat et je prie aussi pour le ou plus vraisemblablement les auteurs de l'attentat, qui quels qu'ils soient, ont droit à nos prières, se serait-ce que pour qu'ils ouvrent les yeux sur leurs forfaits injustifiables et qu'ils cessent ces horreurs.

L'humanité est un bloc.

Quand la cour d'appel d'Aix-en-Provence fraude le fisc au bénéfice d'un copain

Dans l'arrêt que j'ai publié au sujet de la propriété de La Suriane, je crois utile de souligner que cet arrêt rendu pas la cour d'appel d'Aix-en-Provence le 24 juin 2008 fraude les impôts suivants:

- Droits de succession
- Impôt sur le revenu (le "loyer" inexistant n'est pas compris dans les revenus puisque ce sont des magistrats qui ont décidé contre la volonté de la bailleresse d'octroyer cette somme - 500 000 € - à la preneuse)

L'arrêt du 24 juin 2008 est pour cela une fraude fiscale... par les magistrats... il fallait le faire car les droits d'enregistrement ont été fraudés par... Chalumeau et ses complices de la cour d'appel d'Aix-en-Provence). Les magistrats qui fraudent le fisc par un arrêt au bénéfice d'un de leurs copains.

Cet arrêt est aussi source de concurrence déloyale pour les autres agriculteurs et viticulteurs. Car les autres ont payé les droits d'acquisition (succession ou acquisition à titre onéreux), ou ils paient un loyer.

Noter que l'arrêt Beuzit de la cour d'appel de Rennes, lui aussi fraude le fisc et notamment les droits de succession.

Bravo les Nissards



Noter que les gens ne mettent pas en doute la version du tueur radicalisé en trois secondes (pardon en trois jours) islamiste de très fraîche date, et agissant seul... Ils sont gentils les gens...

Pas de policiers là où il faudrait qu'ils soient... justement  Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le prodige inexplicable du mal, avait peut-être graissé la patte au préfet... Allez savoir avec un type de cette envergure dans le mal !
« - Bizarre, bizarre...
- Vous avez dit "bizarre" mon cousin ?
- J'ai dit "bizarre" ? C'est bizarre, bizarre, bizarre... »
Mais à quoi sert l'état d'urgence ? À mettre entre parenthèses les droits et libertés de l'homme ? Mais certainement pas à lutter contre l'insécurité...

Bientôt peut-être sur vos écrans

Bientôt peut-être sur vos écrans La Valeur de la cour d'appel de Rennes.

La cour d'appel de Rennes m'a condamné à une amende à la suite de la mort de ma fille Hélène.

Vous voulez savoir pourquoi ? C'est légitime car il est bon de connaître la valeur de ses interlocuteurs et ne pas tomber dans le racisme: Provençaux = mafieux, Italiens, bronzés, fainéants et pas Français. Bretons = catholiques, biens, honnêtes, sérieux, travailleurs, yeux bleus et cheveux blonds, regards clairs, plus Français que les Parisiens.

Bon alors si vous êtes dans ces préjugés, je vais rééquilibrer.

Il vous sera très utile qu'après avoir publié un arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence, je vous publie l'arrêt rédigé par l'inénarrable Beuzit (bien breton comme nom), un type bien, le Beuzit, regard droit et clair, mince comme un militaire entraîné, un type qu'on verrait bien dans l'équipe de Hollande comme tueur de la République mais qui serait retraité comme magistrat, autoritaire, sans pitié et imposant le silence au père de la fille brûlée. Un mec qui en a, surtout contre les cibles sans défense. On risque moins...

Quand il  rédige ses arrêts il trempe préalablement sa plume dans de la poudre à canon non sans avoir reçu un coup de fil de qdd pour savoir qui il devait exécuter.

Allez à plus Beuzit !

Psaume 136 Vincent de Paul contre l'esclavage


Saint Vincent de Paul ne manquait pas d'humour lorsqu'il chantait à celle qui le possédait comme esclave la fin du psaume de lamentation:

Ps 136,8. Malheur à toi, fille de Babylone! * Heureux celui qui te rendra le mal que tu nous as fait.
Ps 136,9. Heureux celui qui saisira tes petits enfants, * et les brisera contre la pierre.

Déploration du Christ monastère de Ganagobie (don de la famille Oddo)


Heureusement que la maîtresse ne devait pas comprendre le latin:

« 8 Filia Babylonis misera ! beatus qui retribuet tibi
retributionem tuam quam retribuisti nobis.
9 Beatus qui tenebit,
et allidet parvulos tuos ad petram. »

Le doux Jésus n'hésite pas devant la menace et l'appel à la vengeance.

Et saint Vincent de Paul ne manquait ni d'humour ni d'impertinence en chantant ce psaume à celle qui le retenait en esclavage.