2.3.09

C'est l'amour de la nature humaine qui doit guider le monde judiciaire

Selon zenit dans un discours du cardinal Bertone du 13 janvier 2009 :


"Le cardinal Bertone a relevé cette conséquence : « L'existence humaine en vient à perdre son sens, et à assumer une valeur contingente de calcul économique » et il parle « d'aliénation » aux graves effets dont « la négligence de toute forme de sainte tradition, le manque d'intérêt pour les devoirs issu des formes de vie associative et l'indifférence devant les devoirs de la justice et de la solidarité humaine ».

Au contraire, « le principe de l'amour de la personne humaine constitue le fondement de tout ordre social et juridique », a rappelé le cardinal secrétaire d'État, en ré-affirmant les principes fondamentaux du « bien commun », du caractère « central » de la personne humaine et de la « vérité »."


Je n'ai pu retrouver le texte original du discours sans doute tenu en italien, mais "Vie associative" doit être une mauvaise traduction de "vie sociale".

Ce qui compte, c'est de percevoir que la justice, l'ordre juridique est fondé sur l'amour de la personne humaine et non sur l'efficacité, le calcul économique, qui ne reste qu'une "valeur contingente", c'est-à-dire non nulle mais subordonnée car non absolue.

2 commentaires:

Marie a dit…

C'est l'amour qui devrait tout guider :-))

Moi j'attends avec impatience votre avis sur la loi (?) qui va passer sur les droits des beaux-parents.....

Denis Merlin a dit…

Merci de votre demande, je crois que je vais tenter de me pencher sur cette affaire.

Oui, c'est l'amour qui doit tout guider. "aime, et fais ce que tu veux".