24.3.09

Le gouvernement français contre la liberté d'expression du pape.

La distribution des préservatifs est-elle efficace dans la lutte contre le SIDA ?

- Non, répond le pape. Il faut surtout changer les mentalités.

- Oui, répond le gouvernement français. Sans apporter aucune preuve.

Le gouvernement français veut interdire l'opinion du pape en la faisant juger criminelle.

Ce faisant,

1) il sort de sa compétence qui n'est ni scientifique, ni d'enseignement de la morale (le gouvernement est laïc). Il n'a aucun droit de s'exprimer au nom de "la France" sur ce sujet. Cet individu ne me représente pas pas plus que les millions de Français favorables à l'opinion du pape ou favorable à sa liberté d'expression.

2) Il tente d'intimider un chef religieux en excitant l'opinion contre lui. C'est contraire à la liberté religieuse, à l'article 1er de la constitution et à l'article 9 de la convention européenne des droits de l'homme.

Aujourd'hui, le nommé Eric Chevalier, porte parole de l'illustre Kouchner, s'en prend encore au pape.

http://www.ilgiornale.it/a.pic1?ID=338733

En exclusivité mondiale (à ma connaissance) mon blog fournit à ses lecteurs la traduction de l'italien des propos tenus en français aujourd'hui par Chevalier. (Ils n'ont pas été publiés en français)

"Nous ne voulons faire aucune polémique. Nous avons dit seulement, et nous le répétons, que la phrase du pape sur le préservatif - selon laquelle, il n'est pas un élément de la solution mais un problème pour le SIDA - peut avoir des conséquences dramatiques sur la politique mondiale en faveur de la santé". Le porte-parole du Quai d'Orsay, a confirmé la position de l'Elysée, répondant aujourd'hui à une question durant l'habituelle rencontre avec la presse."

Ainsi ce n'est pas un acte matériel, mais une opinion que Éric Chevalier veut incriminer.

Selon lui , le pape doit confesser que la distribution de préservatif est un élément de la solution contre le SIDA, sous peine d'être désigné comme un malfaiteur.

L'intrusion dans le domaine de la pensée de l'Etat français et de l'ensemble de la classe médiatique est contraire à la liberté de pensée et à la liberté religieuse.

4 commentaires:

Delphine a dit…

J'ai personnellement été très choqué par un dessin satyrique de Notre Saint Père le Pape qui était dans un journal(Les nouvelles des Yvelines) qui le représentait avec un préservatif sur la tête... J'ai immédiatement appelé ce journal pour leur dire qu'ils ne respectaient pas la liberté religieuse mais ils m'ont répondu qu'il respectait la liberté d'expression... Sur ceci, je leur fais parvenir une lettre pour leur reprocher ce blasphème.
Merci pour ce beau post,

Delphine.

Denis Merlin a dit…

Chère Delphine,

La liberté d'expression n'est pas une liberté sans limite ni sans responsabilité.

Ce qui est sacré pour les gens est une limite à la liberté d'expression, car la moquerie de choses sacrées est un attentat contre la conscience des croyants, une incitation au mépris et à la haine.

Avez-vous le numéro de ce journal, car je voudrais leur expliquer que l'on doit respecter les croyances.

Delphine a dit…

Je n'ai malheureusement plus le numéro de téléphone du journal, cependant j'en ai l'adresse: c'est, M. Patrick WASSEF, TOUTES LES NOUVELLES, 4 bis avenue de Sceaux,
78000 VERSAILLES.

J'ai égaré par erreur ma lettre mais je crois que vous aurez plus d'argument que moi vu ma jeunesse( 23 ans). Ils attendent des réponses qui peuvent être publié si on le demande.

J'essaierai de vous communiquer le numéro de téléphone.

En union de prières pour la gloire de l'Église et pour Notre Saint Père le Pape.
Delphine.

Denis Merlin a dit…

Chère Delpnine,

Ne vous fatiguez pas trop à entrer en relations avec ces ennemis de la moralité publique. Ils n'en valent pas la peine.

Ils n'ont cependant pas le droit de se comporter ainsi, c'est contraire aux droits de l'homme, au respect des croyances. (article 1er de la constitution française)