15.9.08

Reportage sur les talibans

Marie m'a fait connaître un reportage d'une nommée Claire Billet sur les talibans. Selon elle, cette journaliste aurait assisté à une attaque d'un poste de police par les talibans. Cette vidéo n'a pas beaucoup d'intérêt car elle ne montre que ce que les talibans (étudiants en théologie !) veulent bien lui monter. On ne voit rien de l'attaque, on ne voit rien ou presque des dégâts causés...

Ce reportage est pourtant l'occasion de réflexion sur les talibans. Ils s'inscrivent dans la tradition d'un islamisme fanatique qui n'est pas né avec eux.

Ces talibans ne songent qu'à tuer. S'ils aimaient leur pays, il ne feraient pas la guerre, voyons, et n'assassineraient pas leur conpatriotes et ne martyriseraient pas leurs femmes.

Pourquoi attaquer des postes de police ou incendier des poids lourds sur le chemin ? Elle dit : c'est un poids lourd militaire : je n'en vois aucune marque. Il s'agit d'un poids lourd transportant un container, de la marchandise au secours des population très pauvres. S'ils aimaient leur compatriotes détruiraient-ils ainsi de la marchandise et un camion ?

L'opération que montrent les Talibans ne les fait pas voir sous un jour sympathique. Rien ne justifie l'action militaire, il n'y a personne à protéger, personne à sauver, il s'agit de tuer pour tuer, voire se tuer par les attentats suicides. Les talibans mènent une vie misérable et inutile qui doit être un enfer dont il ne doivent se consoler que par la drogue dont l'usage est fréquent dans le pays. Ils évoquent Hassan ben Sabbah, le vieux de la montagne et ses fumeurs de haschish, prêts à tuer et à se tuer pour le chef de leur secte.

Joinville (Dans sa "Vie de saint Louis") les a décrit :

"460. L'un des points de la loi d'Ali est que, lorsqu'un homme se fait tuer pour exécuter un ordre de son maître, son âme s'en va dans un corps plus heureux que celui où elle était auparavant; et pour cette raison les Assassins ne font aucune différence à se faire tuer quand leur maître le leur commande, parce qu'ils croient qu'ils [seront] beaucoup plus heureux , quand ils seront morts, qu'ils ne l'étaient auparavant."

"461. L'autre point est tel qu'ils croient que personne ne peut mourir avant le jour qui lui est assigné; et personne ne doit croire cela, car Dieu a le pouvoir d'allonger nos vies et de les raccourcir. Et c'est un point auquel croient les Bédoins, et pour cette raison ils ne veulent point porter d'armes défensives quand ils vont au combat, car ils croiraient agir contre le précepte de leur loi; et , quand ils maudissent leurs enfants, ils leur disent ainsi: "Maudit sois-tu comme le Franc qui s'arme par crainte de la mort."

Selon : http://www.geocities.com/interzonelibrary/dptsg10joinvi.html

Observez que les moudjahidins n'ont aucune "armes" défensives (pas de casque) et récitent à la journaliste, à peu près ce que Joinville retient du discours sur la mort. Observez aussi la présence obsédante de croyances extra-rationnelles dans le discours du "moujahid".

Le problème c'est que le gouvernement karzaï ne vaut pas mieux et que la population laquelle semble partisane des talibans. S'ils sont pour les talibans, c'est que demain, ils peuvent se retourner tous contre les "envahisseurs". De plus cela délégitimise notre intervention, s'ils veulent des talibans, à quel titre empêchons-nous les talibans de régner ?

Mais qui finance l'achat des armes et des munitions et l'entretien des "moujahidins" et les véhicules, et l'essence ? Tout expliquer par "le trafic de drogue" n'est pas suffisant. Qui achète ? Comment cela est-il commercialisé ? La guerre a un coût exorbitant, ce ne sont pas les paysans faméliques qui financent ces crimes. Je ne connais pas monsieur "trafic de drogue". Il doit bien y avoir, il y a certainement des tractations, des échanges "commerciaux" des scélérats en chair et en os derrière tout cela etc. Cela serait beaucoup plus intéressant à savoir mais personne n'en parle.

L'intervention catastrophique de l'armée française va se traduire par une nouvelle expansion de l'islam fanatique et guerrier, par l'aide militaire que nous leur apportons, alors que Marie ne rêve que de déménager de sa HLM.

C'est à se taper la tête contre les murs.

De l'aide humanitaire contrôlée, sous réserve de progrès des droits de l'homme et notamment de suppression des enseignements et coutumes contraires aux droits de l'homme, oui ! Mais de l'aide militaire, non ! non et non !

7 commentaires:

claire billet a dit…

Bonjour Denis,
étant la journaliste ayant réalisé le reportage dont vous parlez sur votre blog, je me permets une rapide réaction.
Si vous avez besoin d'informations sur la situation afghane, je suis prête à vous en donner. Cela permettra d'éviter ce genre d'analyses douloureusement légères.

Cordialement,
Claire Billet.

Denis Merlin a dit…

Je publie votre commentaire, mais il ne contient rien d'instructif (sauf si vous considérez que mon blog ne vaut rien est instructif, mais ça tout le monde peut le constater... ce n'est donc pas instructif).

Vous avez sûrement risqué votre vie en Afghanistan, à ce titre en particulier, je vous respecte. Je n'ai pas voulu être désobligeant pour vous ; mon blog est très confidentiel, je ne croyais pas que vous y viendriez... navré de vous avoir fait de la peine.

Je suis à votre disposition si vous désirez une rectification.

claire billet a dit…

Re-Bonsoir,

effectivement mon commentaire ne mérite pas d'être publié. Je me permettais juste de vous contacter directement pour attirer votre attention:
"attention aux raccourcis". Il ne s'agit pas tellement de me blesser, ou pas, mais de comprendre la situation en Afghanistan. Et plus nous évitons de juger, plus nous évitons les a-priori et les clichés, mieux notre oeil est clair pour comprendre la complexité de ce conflit.
"Attention, ici comme ailleurs malheureusement, il n'y a pas de camps des gentils et camps des méchants".

à bientôt,
cordialement,
Claire.

Denis Merlin a dit…

Des mots étaient durs pour vous dans ce post, vous avez eu la gentillesse de ne pas en tenir compte. Merci beaucoup.

Je ne pense pas qu'il y ait des "bons" d'un côté et des "méchants" de l'autre. Mais je pense que seuls les droits de l'homme et en particulier ceux de la femme permettront, dans n'importe quel pays d'établir la paix par la justice. Il n'y aura pas de solution militaire, il y aura, ici comme ailleurs, une solution par les droits de l'homme.

C'est pourquoi je juge, avec les informations que j'ai, que l'intervention des Occidentaux en Afghanistan n'est pas justifiée et est vouée à l'échec.

Merci beaucoup de vos commentaires qui me font beaucoup d'honneur car vous devez savoir que mon blog est confidentiel (quelques lecteurs fidèles que j'apprécie beaucoup, seulement).

Marie a dit…

Denis, je me souviens que nous avons parlé du reportage de Claire Billet qu'on a pu voir sur Internet peu de temps après la mort des soldats français. C'était au moment de mon retour en France en septembre. Nous n'étions pas d'accord sur le travail de Claire. Moi je trouve qu'elle est drôlement courageuse et qu'elle fait bien son boulot. Bien sûr les talibans qui savent qu'on va les voir à la télé se la jouent mais bon c'est vraiment mieux que rien. Je n'ai pas vu d'autres reportages que ceux de Claire Billet. J'ai parlé de son blog sur le mien il y a déjà longtemps, du temps où j'avais du temps pour écrire et pour aller sur les blogs qui m'intéressaient.

Votre blog n'est pas confidentiel puisque tout le monde y a accès. C'est sûr que moi les talibans me font peur. Je pense aux femmes massacrées dans les stades. Mais c'est important de savoir qu'ils existent et comment ils agissent. Et on peut difficilement les juger à partir de nos critères occidentaux.

Marie a dit…

Si vous voulez des commentaires instructifs, alors il vous faut supprimer tous les miens :-)

Denis Merlin a dit…

Marie, je vous publie, mais si c'est pour dire du mal de vos commentaires, je ne suis pas d'accord.

Vos écrits sont instructifs, sinon, vous n'auriez pas tant de succès.