26.10.07

Les fruits amers de l'Opus Dei

Pour moi l'Opus Dei est une secte faite pour broyer les êtres humains qui se confient en elle. Presque totalement stérile au plan des oeuvres intellectuelles ou caritatives, elle fonctionne pour elle-même dans le monde clos du mensonge.

Car ses oeuvres sont toujours marquées de l'esprit de la secte : recruter, augmenter le pouvoir de l'oeuvre, ce qui est à la fin, le seul bien. Ce qui est donné en échange est illusoire, voire très nuisible.

Ainsi la prétendue "vertu" (d'ailleurs souvent sujette à caution...) des membres est obtenue par une abdication de leur personnalité.

Cela va bien sûr jusqu'à la manipulation grossière du "bon" chef ignorant, contre les "mauvais" subordonnés qui trahissent l'esprit le "l'oeuvre" en cachette du "bon" grand chef. Cette ruse est particulièrement efficace chez les gens fragiles mais qui s'aperçoivent des pratiques perverses de "l'oeuvre". Cela permet de les garder dans l'admiration du "fondateur" et du "grand chef actuel". S'ils critiquent peu importe puisque finalement ils n'iront pas à la racine soit la perversité méprisante des droits humains, ils attribueront les problème aux subordonnés qui n'ont pas bien compris les "vrais" intentions du fondateur et du grand chef.

On trouve ici http://opuslibre.free.fr/v/spip.php?article7

dans cette lettre de démission une manipulée sur laquelle la manipulation marche à merveille. Traitée comme une chienne, elle est persuadée que la lettre qu'elle écrit n'a pas atteint le "grand chef". Ah, s'il l'avait lue, il saurait ce qui se passe à la base !

Tout cela vient d'une conception totalitaire de la "spiritualité" catholique. Si l'on prie, si l'on se flagelle, si l'on accepte les mauvais traitements, alors tout ira bien. Vos droits sont violés ? Mais c'est que vous êtes un orgueilleux, vous ne comprenez pas la grande valeur de la doctrine de notre fondateur. Si l'on "arrive" à toucher le grand chef, alors il remet de l'ordre : il fait les gros yeux aux mauvais intermédiaire et défend le petit maltraité. Totalement enfermé dans une société close sur elle-même l'Opus Dei a réponse à tout pour les malheureux qui lui font confiance.

La "pensée" du saint fondateur est d'une grande trivialité. Elle repose sur une idée de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus selon laquelle la sainteté ne doit pas être exceptionnelle et réservée à des vocations extraordinaires. C'est un peu court pour fonder toute une vie, pour tout expliquer de la vie.

Ici, comme dans l'intégrisme, on retrouve cette idée que les droits de Dieu contredisent les droits de l'homme.

3 commentaires:

booky a dit…

Comme ancien numéraire, je trouve que votre rapide analyse vise juste.
Pire que l'intégrisme, l'Opus Dei se sert de l'église à des fins de pouvoir. Vouloir être le garde du dogme mais refuser la dimension ecclésiale.
S'abriter derrière les colonnades du Vatican sans le risque de l'engagement de la charité. Diviser les familles. Le tartuffe. j'ai honte

Denis Merlin a dit…

Merci Cher booky de votre commentaire.

N'ayez donc pas honte, vous avez l'ambition du bien, le démon s'en est servi, mais au final, c'est vous qui l'ave démasqué.

Moi-même j'ai fait partie de sectes (diverses sectes lefebvriste ou sédévantistes), c'est pourquoi je peux en faire l'analyse facilement. Finalement tous ces groupes (y compris les groupes athées) fonctionnent selon une psycho-sociologie analogue.

Denis Merlin a dit…

Relisant votre commentaire, je vous remercie également des précisions que vous apportez sur les relations de l'Opus Dei à l'Eglise. Ce sont des faits que je ne connaissais pas.