8.3.16

Jean-Louis Debré contre la liberté religieuse et contre la Constitution

Voici ce que j'ai lu sur le blog de Daoudal lequel renvoie au site de France-info:

« Parfois, devant ses visiteurs et devant Marianne, il [Jean-Louis Debré] lit ce poème d'un révolutionnaire anonyme, une prière républicaine : "Salut Marianne pleine de force, le peuple est avec toi. Le fruit de tes entrailles, la République, est béni. Sainte Marianne, délivre-nous vierge de la liberté, des rois et des papes. Ainsi soit-il". »

Cette parodie du Je vous salue catholique, donc de l'évangile car la première partie du Je vous salue est tiré de l'évangile:

« Lc 1,28. L'Ange, étant entré auprès d'Elle, Lui dit: Je Vous salue, pleine de grâce; le Seigneur est avec Vous, Vous êtes bénie entre les femmes.
Lc 1,42. Et elle s'écria d'une voix forte: Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de Votre sein est béni. »

(Évangile selon saint Luc, traduction Fillion du site magnificat.ca)

En vertu de la liberté religieuse, il est parfaitement illicite de parodier une prière de n'importe quelle religion.

Le pire, c'est que le président du Conseil constitutionnel viole la Constitution dans un de ses articles fondamentaux: l'article 1er, première phrase:

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. (…) »

Or le fait pour un magistrat de se moquer d'une foi, d'une religion et de plus de sembler interdire l'opinion selon laquelle les papes sont les oracles divins. Ce qui est une opinion religieuse licite.

Que dirait-on si un magistrat se mettait à parodier les prières juives ? Ou à prétendre que ce dont il a le plus souffert étaient les interventions des rabbins ou des imams ?

Dans un pays de droit, ce crime ne devrait pas rester impuni.


1 commentaire:

Le Gall Galleux a dit…

prières Juives (c'est l'origine de Debré), interdit de toucher à cela...