26.2.16

Saint Dismas prophète

La vindicatio demande la punition des crimes par la souffrance des criminels. Cette peine sera infligé par les laïcs ne faisant application que de la raison.

La vindicatio est, selon le Pr. Ronco, un élément de la justice. C'est l'obligation qu'ont les autorités judiciaires laïques d'infliger des peines.

Cette vérité est confirmée par saint Dismas, le Bon Larron de l'évangile qui était crucifié avec Jésus-Christ.

C'est en véritable prophète que saint Dismas s'écrie:

« Lc 23,41. Encore, pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos œuvres ; (…) » (Évangile selon saint Luc, traduction Fillion du site magnificat.ca)
      « et nos quidem iuste nam digna factis recipimus (…) » Vulgate (site speedbible)

En l'occurrence son compagnon et lui subissent une peine atroce. Dismas ne demande pas qu'on lui laisse une chance, une possibilité de repentir... Non ! Il constate, nous souffrons atrocement: "c'est justice".

Mais malheur au juge qui inflige une peine à un innocent ! Alors ce serait à lui de subir la vindicatio. Les peines il les recevra de sa conscience, des autres hommes, et de Dieu.

4 commentaires:

Hans Georg Lundahl a dit…

Qu'on soit d'accord : la vindicatio a aussi la vertu d'être limitée, non?

Par exemple, St Dismas, une fois mort par brisure des jambes sur une croix, n'a pas subi davantage de vindicatio.

Pareil, on sort de prison après 42 mois, ou après les deux tierces, avec la dernière tierce retenue au cas du récidive, qu'il n'y a pas eue.

Après 210 mois et davantage, on devrait ne plus devoir subir de la vindicatio pour ce même fait, même SI des experts en "psychiatrie criminelle" considèrent qu'on soit encore dangereux, vous êtes d'accord?

Denis Merlin a dit…

Cher monsieur, Ce que j'écris à propos de la vindicatio, c'est ce que j'ai entendu du Pr. Ronco. C'est un principe. Cependant, toujours selon le Pr. Ronco la vindicatio ne va pas sans la miséricorde. Car nous sommes tous pécheur. Donc, je suis pour la modération des peines, bien sûr. Mais leur fondement se trouve dans la justice et non dans l'efficacité. Le Pr. Ronco dit que la souffrance rachète la faute.

Pour les Anciens la vindicatio faisait partie de la justice. Cela semble être confirmé par Dismas au moment de sa mort (c'est pourquoi je dis qu'il prophétise, mu par l'Esprit-Saint. En acceptant son châtiment, il confesse la vérité et la justice.

Saint Dismas était un bandit de grand chemin, spécialisé dans le vol en bande organisée et sous la menace d'armes. Saint Augustin dit de lui en s'adressant à lui: "Tu voles toute ta vie, et à ta mort, tu voles le ciel !"

Donc en résumé je suis pour la vindicatio qui rend sa dignité au condamné et pour la miséricorde, car nous sommes tous pécheurs.

Denis Merlin a dit…

Bien sûr les peines dans l'Antiquité et jusqu'à il y a récemment étaient excessivement sévères. Maintenant, nous avons de la sévérité souvent excessive, mais cela ne se pose pas comme autrefois dans la barbarie des peines, c'est plus subtil, plus caché.

Hans Georg Lundahl a dit…

Je ne suis pas du tout sûr que les prolongations des suivies après la peine jusqu'à cinq fois le temps prévu pour la peine elle-même soit très très subtil comme camouflage.

Je suis par contre très d'accord sur St Dismas.