26.11.07

Le violeur tueur "victime" de la jeune fille

La Salon Beige signale qu'alors que la secrétaire d'Etat organisait une minute de silence à la mémoire des femmes mortes de violence qui leur ont été faites, une jeune fille mourrait de l'agression que lui avait fait subir un agresseur sexuel.

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/071126123629.9a54lltm.htm

Nous étions hier dimanche 25 octobre.

La jeune victime se rendait à la messe, lorsqu'elle s'est retrouvée seule avec son agresseur dans une voiture du RER D. Il l'a donc agressée. Elle s'est défendue, lui a infligé une blessure à l'aine. Il l'a lardée de coups de couteau dont un mortel au coeur.

Si l'individu était mort et qu'elle ait survécu, qu'il soit d'une origine "protégée" (simple hypothèse), on aurait crié au meurtre raciste de celle qui se rendait à la messe.

Mais comme c'est l'inverse et qu'il a pris la fuite, puis s'est évanoui sous la douleur, on respire.

Les policiers ont arrêté l'ordure humaine. Il est la cause d'une mort.

La seule sanction vraiment efficace est la peine de mort contre ceux qui ont infligé des blessures ou la mort à des femmes. Tous les raisonnements du monde, toutes les prises de position larmoyantes des autorités, seraient-elles ecclésiastiques, ne tiennent pas devant cette sentence de droit pénal prononcée par le Christ lui-même :

"Qui prend l'épée, périra par l'épée." Mth 26, 52

2 commentaires:

Marie a dit…

Tragique "fait divers". Ce n'est pas moi qui parle de fait divers mais les media.

Figurez-vous, Denis, que j'aurais pu être victime de ce type d'agression. Alors que j'étais dans le train de la Flamengrie à Valenciennes (Nord) et que j'allais à l'université à Lille, je me suis retrouvée dans un wagon avec un autre passager, un seul. C'était il y a bien longtemps. L'homme s'est mis debout et a sorti son sexe. C'était un exhibitionniste. Sans rien dire, mais absolument terrorisée, je suis allée sur la "plate-forme" (la partie du wagon près de la sortie) et je suis descendue à l'arrêt suivant, Jenlain. J'ai "craqué" à la gare. L'exhibitionniste a été vite arrêté.

J'ai eu de la chance. Chaque fois qu'une histoire comme celle de la pauvre étudiante est rapportée dans les media, mon expérience me revient à la mémoire.

Alain a dit…

Un bel article pour une histoire épouvantable... une fois de plus cette victime n'est pas du 'bon' coté, et la presse de gauche va vite oublier cette histoire ou trouver des excuses à ce monstre de meurtriers. Il faut se rendre compte que cela peut arriver à tout le monde, n'importe où et n'importe quand... La sécurité de Sarkozy ne vaut pas mieux que celle de Jospin...
Ayons une pensée pour la famille et les amis de la victime.