20.3.08

A quel titre ?

Le pape Léon XIII dit en substance dans l'encyclique Diutunum Illud que les hommes n'ont aucun titre à commander aux autres. Ils sont dans une parfaite égalité.

Je constate que la démocratie fait que l'on choisit ses dirigeants. Ils n'en ont pas moins le droit de commander que parce que Dieu le leur donne par le consentement du peuple à leur obéir.

Cela devient évident lors des changements de régime, lorsqu'un gouvernement est discrédité, il n'a plus d'autorité, plus personne ne lui obéit. Dieu désigne un autre gouvernement par le consentement du peuple à lui obéir. Tout autorité vient donc de Dieu parce que les hommes sont égaux.

Ce que je retiens de cette doctrine, c'est l'égalité parfaite de tous les être humains. L'autorité n'est pas fondée sur une supériorité intrinsèque de l'individu qui l'exerce, mais sur une désignation arbitraire.

Sur le Salon Beige un monsieur, qui signe "solal", m'oppose :

"Commentaire de Denis Merlin [...]. La hiérarchie écclésiastique ne constitue pas la seule élite. Ce qui importe ce n'est pas une Haute autorité morale, c'est une élite d'une haute moralité. La démocratie pour être viable doit voir l'inégalité morale s'accroître vers les sommets de la hiérarchie. Un philosophe, un intellectuel comme Finkielkrault participe ainsi à une forme d'élite morale... Sans être necessairement ni chrétien ni ecclesisastique. Le discours [...] de Mr Merlin fait accroire que les seuls chrétiens ont accès à la raison. Ce qui est faux, et justement les chrétiens et non chrétiens faute de se rencontrer dans la foi peuvent échanger sur le terrain de la raison. Même s'il est prudent d'éclairer la raison à la lumière de la foi. Et réciproquement Mr Merlin.
Cependant votre erreur met le doigt sur un point que vous comprenez mal aussi : Le discours égalitaire socialiste est totalitaire car il prétend instituer une haute autorité morale qui détiendra la possibilité de définir le bien et le mal, pour le plus grand bénéfice du peuple. Autrement dit, une société égalitaire mais tyranisée...
Enfin Mr Merlin ne vous faites pas l'apôtre de l'égalité, lisez Thibon à ce sujet, c'est une notion plate et sans profondeur, qui se fait rapidement la pire ennemie de la fraternité.
[...]"

Réponses :

1) Ainsi pour commander, il faudrait faire partie de "l'élite". Et qui désigne "l'élite" ? Elle s'auto-désigne par le principe du chef ?

Non, personne n'a le droit de commander du fait de sa supériorité. Sa "supériorité" ne constitue aucun titre parce que personne n'est là pour la constater avec certitude. Aucun homme n'a un titre à lier la volonté de son semblable.

2) Sur la raison grammaire commune de l'humanité. Mes lecteurs savent que j'ai dit et répété ce que dit solal.

Ce qui me fait sourire amèrement, c'est que solal prétende que je prétends que seuls les chrétiens peuvent accéder à la raison.

Alors que j'ai toujours dit sur ce blog que les hommes, quelles que soient leurs croyances, leurs valeurs, leurs races se retrouvent sur le seul terrain de la raison où ils sont sur un strict pied d'égalité, quelles que soient leurs croyances.

3) sur le pape seule autorité morale au monde.

D'autorité parlant au nom de Dieu, à tort ou à raison, mais à raison selon moi, il n'y en a qu'une au monde : c'est le pape.

Mais ce n'est pas sa supériorité supposée, le fait qu'il ferait partie de "l'élite" qui le désigne en qualité d'autorité morale (parce que sous ce rapport le pape, les évêques sont un un être humain comme nous tous, sur un pied d'égalité avec nous), mais parce que Dieu les a choisis. Point. Il parle au nom de Dieu, il est le seul à le faire sur terre.

L'autorité morale du pape ne se démontre pas par a + b, on y croit ou n'y croit pas. Elle ne lie donc que ceux qui y croient.

Mais le fait que le pape soit la seule autorité morale au monde se présentant comme telle et parlant au nom de Dieu, c'est un fait qui se constate. Et ça tout le monde peut le constater.

Ceux qui rejettent l'autorité morale du pape n'en sont pas disqualifiés pour discuter rationnellement avec leurs semblables sur un pied d'égalité, c'est évident et je ne l'ai jamais nié. Ils doivent cependant admettre que le pape puisse parler au nom d'une institution bi-millénaire, avec son expérience et sa culture et n'ont aucun droit à un rejet systématique.

Donc je continuerai à affirmer l'égalité parfaite des êtres humains dans leurs droits fondamentaux et leur liberté découlant de cette égalité et leur fraternité découlant de leur origine commune.

3 commentaires:

Michèle a dit…

Denis,
je vous remercie, pour tout ce que j'ai pu lire de vous chez Marie.
A l'instant je viens de rajouter quelque chose au sujet d'Enzo qui utilise le blog de Marie et que je ne supporte pas, il a déjà fait cette démarche au temps d'un "ruru" orlando de rudder..son pseudo conduit nulle part, il est juste là pour détruire.
Je reviendrai vous lire, j'ai été très touchée par votre aveu (pas facile).
Là je n'ai guère de temps, mais promis ,pour une prochaine visite.
Bonne soirée.

Marie a dit…

Le pape Léon prêchait-il l'anarchie ?

Je ne crois pas à l'égalité des hommes. Je souhaite que leurs droits soient égaux mais les hommes ne naissent pas égaux autrement qu'en droi (et encore c'est très relatif puisque ces fameux droits ils n'y ont pas toujours accès). Je suis vraiment pessimiste, n'est-ce pas ?

Je suis contente de voir que Michèle est passée sur votre blog. C'est une très bonne personne.

Denis Merlin a dit…

@ michèle,

Oui, Michèle, "Enzo" est un malhonnête qui s'est fait passer pour une jeune fille juive pour m'abuser.

Merci de votre soutien. Votre blog est ravissant. Je n'ai pas la possibilité de poster des photographies pour l'instance, mais si mes lecteurs veulent voir de belles photos, c'est chez vous qu'ils peuvent aller.

Marie,

Nous en avons parlé sur ce blog, il y a longtemps. Les anarchistes ont pris un morceau de la doctrine chrétienne (nous sommes tous égaux) pour en faire un absolu. Mais rien ne justifie qu'un être humain se soumette à un autre sauf la volonté de Dieu. Laquelle s'exprime, en matière d'autorité publique, par le consentement majoritaire à l'obéssance.

Les hommes ne sont pas égaux, c'est évident. Ils ne sont pas égaux en talents, en intelligence, en courage, en audace etc. mais cela est une autre sujet. Ils sont égaux dans leur droits fondamentaux et dans leur libertés.

Saint Pie X dit quelque part, qu'il est normal et voulu par Dieu que la société soit inégale et composée d'éléments inégaux qu'il y ait des pauvres et des riches, des savants et des ignorants, des gens qui commandent et d'autres qui obéissent.

Ces sujets sont embrouillés car ils ne sont pas exposés par suite du manque de liberté d'expression, mais, selon moi, parfaitement clairs.