23.3.08

Marie-Madeleine premier témoin public de la résurrection

Victimae paschali laudes immolent Christiani.
Agnus redemit oves : Christus Innocens Patri reconciliavit peccatores.
Mors et vita duello conflixere mirando : dux vitae mortuus, regnat vivus.
Dic nobis, Maria, quid vidisti in via ?
Sepulchrum Christi viventis : et gloriam vidi resurgentis.
Angelicos testes, sudarium et vestes.
Surrexit Christus spes mea : praecedet vos in Gallileam.
Scimus Christum surrexisse a mortuis vere : tu nobis, victor Rex, miserere. Amen. Alleluia.

Que les chrétiens consacrent des louanges à la victime pascale.
L'Agneau a racheté les brebis : Le Christ innocent a réconcilié les pécheurs avec le Père.
La mort et la vie se sont livré un duel prodigieux : le chef de la vie est mort, il règne vivant.
- Dis-nous, Marie, qu'as-tu vu en chemin ?
- J'ai vu le sépulcre du Christ vivant : et la gloire du ressuscité.
Les témoins angéliques, le suaire et les vêtements
Il est ressuscité, le Christ mon espérance : il vous précède en Galilée.
- Nous savons que le Christ est ressuscité vraiment des morts : toi, Roi victorieux, aie pitié de nous. Amen. Alléluia.

C'est le poème inséré dans la liturgie traditionnelle de Pâque, à la messe. Traduction personnelle. Observez les trois parties, la première partie un bref exposé théologique, puis un dialogue entre les chrétiens et Marie-Madelaine qui est le témoin. Une conclusion sur la foi sur le témoignage de Marie.

"Marie" n'est pas la sainte Vierge, mais sainte Marie-Madelaine.

J'aurais pu traduire "l'exultet", le "haec dies", toutes pièces qui ont disparu de la liturgie de Paul VI. Ce Paul VI a voulu faire croire qu'il était interdit de prier avec ces formules. Cela était évidemment absurde. Dommage car avec ces prétentions injustes, il a occulté la validité de textes très justes comme celui sur la liberté religieuse, en particulier. Il a créé le schisme lefebvriste.

Enfin, ce n'est pas le jour d'écrire sur tout cela, mais moi je n'ai pas eu de liturgie la nuit de Pâques, pas "d'Exultet", ce qui me manque.

En réponse au commentaire de Marie, sur les causes de la mort de Jésus-Christ, ce n'est pas pour nous tourmenter que nous devons nous savoir pécheur, mais pour nous réjouir dans la paix de nous avoir valu ces merveilles de la Résurrection. Car sans le péché, il n'y aurait pas eu de mort pour les humains. Et s'il n'y avait pas eu de mort, il n'y aurait pas eu de résurrection.

Joyeuses Pâques à toutes et tous et particulièrement à mes amies du Net Marie et Michèle et à mon bien aimé et bienveillant lecteur Pierre-Henri.

1 commentaire:

Michèle a dit…

Quel bonheur de vous lire, pour retrouver la vérité, la vie, la paix !

Quel honneur aussi de nous citer : Marie et moi-même en ce jour de Pâques.

J'ai reçu aujourd'hui plusieurs signes qui ne font qu'enrichir ma foi.