24.3.08

Confidences sur la culpabilité

Fils de l'école laïque de la sixième à mon DES, j'ai, à une époque, rejeté le christianisme parce qu'il était "culpabilisant".

C'est l'objection de Marie : faut-il se sentir coupable, à cause de mes péchés, de la mort de Jésus-Christ ? Si on lit hâtivement le catéchisme de Concile de Trente, on doit répondre oui. En fait le catéchisme nous demande non de nous "sentir" mais de nous savoir coupable et de nous savoir plus coupable que les juifs.

De plus, après la résurrection saint Jean Chrysostome, nous invite à ne pas nous sentir coupable : "Que nul ne se lamente sur ses fautes, car le pardon s'est levé du tombeau."

Remarque : Au pied de la lettre, il n'y a pas à trouver cela contradictoire. Tout en se reconnaissant coupable, nous ne devons pas nous lamenter sur nos fautes.

Mais surtout cette idée qui me faisait repousser le christianisme selon laquelle, il serait culpabilisant, qu'il rendrait timide et torturé, qu'il empêche de vivre sa vie, je la rejette tous les jours. Et même je lutte intérieurement contre elle.

Saint Paul l'écrit en effet :

http://www.magnificat.ca/textes/bible/2timothee-01.htm

"II Tim 1,7. Car Dieu ne nous a pas donné un esprit de timidité, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse."
(1)

Selon la traduction Fillion de la Vulgate de saint Jérôme.

Saint Paul, je ne le connais que depuis peu dans sa traduction Fillion bien plus parlante que la Crampon.

Mais, dès avant, réfléchissant à ma propre histoire, et lisant divers auteurs dont certains anciens (le P. Scupoli "le Combat Spirituel", peu adapté pourtant à notre époque) je me suis aperçu que les dogmes de foi n'ont pas d'autre importance que de nous aider et nous prouver que nous sommes disponibles à la vérité et donc de croire l'Église et de croire ce qu'Elle croit. D'avoir donc un esprit d'humilité, mais fort, face aux vérités révélées.

Le P. Scupoli écrit qu' au moment de l'agonie, le démon tentera de vous faire passer un examen de théologie, il faudra lui répondre alors
- Je crois ce que crois l'Église.
Et s'il insiste
- Que croit-Elle, la sainte Église ?
Il faudra lui répondre,
- Ce que je crois

De façon à couper court et ne pas discuter avec lui.

De même notre pape Benoît XVI glorieusement régnant a dit quelque part qu'il était impossible de connaître dans le détail tout les dogmes que l'Église nous propose à croire. Il faut donc, selon moi, en garder plutôt un esprit.

De plus, d'apparentes contradictions, peuvent s'offrir à notre esprit à propos du dogme, exemple : 1) se savoir coupable 2) ne pas se sentir coupable.

Il s'agit, en effet, de garder la santé mentale et la paix. Il faut, selon moi, prendre les dogmes de foi sans s'attacher outre mesure à une vérité comme si elle excluait absolument une autre laquelle lui paraît contraire ; ce qu'il faut surtout, c'est "sentir avec l'Église", goûter intérieurement les vérités, comme on sent un bouquet de fleurs (Exercice spirituels de saint Ignace) lorsqu'elle nous réconforte.

(1) Notons que la traduction Crampon, du texte grec, est moins nette car elle utilise des termes trop littéraires :

"7 Car ce n'est pas un esprit de pusillanimité que Dieu nous a donné, mais (un esprit) de force, d'amour et de maîtrise de soi." (du site jesusmarie.com)

4 commentaires:

Marie a dit…

Cher Denis, vous le savez j'ai un esprit trop limité pour comprendre des textes aussi savants que les textes des grands écrivains religieux. Comment ils font les gens qui ne savent pas lire des choses pareilles pour ne pas se sentir coupables? Quand on est catho, est-ce qu'on est obligé de suivre les textes au pied de la lettre?

Moi je ne parviens pas à voir la religion comme ça. Je n'aimerais pas la vivre comme ça. Je suis comme dit mon amie Denise pour une relation "en direct". Les cathos sympas que je fréquente et qui ne sont plutôt progressistes (Dieu merci) ne lisent pas des textes savants et vivent pourtant chrétiennement. Est-ce qu'on ne peut pas vivre une religion simple sans être soupçonné d'être des simplets?

Denis Merlin a dit…

Chère Marie,

Croyez bien que je suis confus que vous puissiez réagir comme cela.

Si vous réagissez comme cela c'est peut-être que je ne suis pas assez clair. Il est difficile d'écrire. Parfois je me relis et je ne me comprends plus moi-même !

Si vous vous considérez comme "simplette", que serais-je ? Ce que vous dites, en l'occurrence, ne peut être pris au sérieux.

Lire, comprendre m'a toujours passionné. J'ai eu toutes les difficultés du monde, en un sens, pour retrouver un fil conducteur. Ce conducteur, pour moi, c'est clairement Jésus. Mon expérience de juriste n'est pas absente de mes textes, c'est sans doute cela qui fait la difficulté, puisque vous avez une expérience littéraire.

On peut suivre Jésus, comme l'on veut. Comme les saintes femmes, comme les disciples, comme saint Thomas More, comme Joséphine Bakhita, suivre Marie sa mère comme aiment à le faire les femmes, qui montrent alors l'exemple aux hommes.

Donc merci de ne pas vous décourager si je n'arrive pas toujours à être compréhensible.

Lorsque vous m'avez encouragé à ouvrir ce blog, c'est que vous avez aimé mes textes sur votre blog, vous me comprenez donc souvent.

Ne vous découragez pas, on peut vivre sa foi comme l'on veut, sans se poser de question compliquées, mais confiants, comme les enfants, c'est ce qu'a recommandé Jésus.

Nous ne serons pas jugés sur notre science, qui disparaîtra, mais sur l'amour.

Michèle a dit…

Denis je retiendrai cette phrase !
Le "je" correspond à vous Denis si je ne me trompe pas .


"je me suis aperçu que les dogmes de foi n'ont pas d'autre importance que de nous aider et nous prouver que nous sommes disponibles à la vérité et donc de croire l'Église et de croire ce qu'Elle croit. D'avoir donc un esprit d'humilité, mais fort, face aux vérités révélées".

Oui, je me positionne ainsi : humilité et vérités révélées.
Marie n'a pas à nous dire que son esprit est trop limité...je pense que Marie est à même de comprendre, sa démarche est sans doute différente de la votre, et de la mienne.
Vous avez eu une éducation laïque, puis intégriste..votre largeur d'esprit est indéniable.
C'est vrai que les textes des grands écrivains religieux nous sont souvent (parfois impénétrables) difficiles à aborder.
Mais lire La Bible, Le Coran demande beaucoup d'efforts , de remise en question.
Plus j'avance dans la vie, plus je rencontre des gens à l'esprit étriqué, ces gens là je les fuis.

Ma Foi est je l'avoue bien spéciale, je ne sais pas ou me positionner .

Par exemple je n'aime pas notre nouveau Pape !
Je refuse certains principes de L'Eglise !
Là : je me sens bien (je l'ai déjà dit) et j'ai besoin d'écrire..est-ce que mes propos sont à la hauteur ? Est-ce que ces propos sont dignes d'intérêt ?
Nous pouvons être simples, humbles sans pour autant être "simplets"..ni catho-grenouille-de-bénitier-bouffe-curé !
Pas beau la fin !

Richard a dit…

S.V.P C,est seulement lorsque le Saint-Esprit nous eclaire que nous pouvons marcher sur les traces de Jesus en tant qu,enfant de Dieu.Nous devons passe par la nouvelle naissance,comme l,enseigne Jesus a Nicodeme,dans
L,evangile de gens.Jesus a dit
Je suis le chemin la verite,nul ne vient au pere que par moi,il est le chemin,il est mort pour moi et il ma libere du pouvoir que le peche avait sur moi.Il n,y a aucune comdamnation pour ceux qui sont en Jesus-Chrit.Pas de culpabilite.Nous avons tout en Jesus et tout se que nous avons besoin de savoir est dans la parole de Dieu.Merci Richard