20.12.09

Vérité et liberté, culte des antinomies.

On le sait pour René Descartes la distinction et la clarté des idées est la marque infaillible de leur véracité. C'est la méthode mathématique. Descartes était un mathématicien avant de devenir un philosophe. Les idées claires et distinctes sont infailliblement vraies puisqu'elle nous viennent de Dieu, alors que les confuses viennent de notre imperfection. (Discours de la méthode)

La justification en faisant un détour par Dieu lui-même, n'est pas très claire. Dieu personne ne le voit, personne ne peut invoque Dieu affirmer la véracité de ses propres idées humaine. C'est de cette méthode de recherche de la vérité que vont sortir les systèmes philosophiques de Mallebranche à Rousseau, puis à Kant. (Selon le cardinal Joseph Ratzinger, à l'époque cardinal, pour Kant "seul ce qui est clair pour la raison doit avoir cours"(1)

La difficulté qui va surgir est que deux idées claires et distinctes peuvent s'exclure mutuellement. Il faut pourtant choisir celle qui est vraie comme vous apparaissant comme plus claire. Dans le binôme vérité vs liberté et liberté versus vérité, il va falloir choisir son camp.

La vie intellectuelle sera dès lors un champ de bataille où les partisans d'une idée claire excluront du débat intellectuel, les partisans de l'autre idée non moins claire. C'est le culte des antinomies. On aura ainsi l'anarchisme et le totalitarisme, les libertaires et les technocrates, ceux qui détiennent la vérité et qui veulent l'imposer et ceux qui ne détiennent aucune vérité et qui veulent aussi imposer cette idée... etc. (Voir l'oeuvre de Gilson et notamment "Constante philosophiques de l'être).

On peut se demander, constatant ces exclusions réciproque si, dans la réalité nous ne pourrions avoir deux vérités qui soient vraies en même temps parce que dans la réalité, elles ne s'excluent pas, mais se complètent : par exemple donné par Gilson (si mes souvenirs sont bons) que l'homme compose la société et que donc la société est faite pour lui et que la société dépasse l'homme puisqu'elle est une collection d'hommes et qu'en conséquence l'homme est fait pour la société, deux vérités qui semblent s'exclure et qui sont pourtant vraies en même temps.

Le cardinal Ratzinger fait observer dans son article "Vérité et liberté" que la vérité et la liberté semblent s'exclure dans notre esprit, alors qu'elles sont intimement unies dans la réalité, sans se confondre. Parce que c'est la loi de l'esprit humain de ne pouvoir exprimer toute la réalité clairement dans les sujets complexes. Ce qui ne signifie nullement que l'esprit humain soit incapable de vérité, ni que la liberté soit un vain mot.

Il n'y a de liberté que dans la vérité de notre être, la liberté dans la vérité de notre nature humaine intelligente et libre.



(1) "Vérité et liberté" in "Communio" mars avril 1999 p. 87

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!

Denis Merlin a dit…

Merci des compliments, j'essaie d'être le plus clair possible et l'expérience me sert à améliorer l'expression en étant plus clair, plus précis, sans mot inutile ou idées digressives.