16.12.09

Alleanza cattolica s'efforce de transmettre le patrimoine latin et l'amour de la liturgie "extraordinaire".

Je publie la suite de l'interview de monsieur Introvigne :


Parmi les documents du Concile œcuménique Vatican II – duquel on reçoit avant tout la leçon d’une présentation non statique ou défensive mais missionnaire de la foi dans un monde post-chrétien – Alleanza Cattolica distingue d’une part l’interprétation selon l’ « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » (Benoît XVI) en regard de tout le magistère précédent, interprétation que dans le sillage du Magistère lui-même, elle critique et refuse, d’autre part elle considère comme utile de s’interroger sur les conséquences, présentation et effets du Concile en utilisant les instruments offerts par les sciences humaines, mais sur lesquels instruments on remarque que des doutes notoires ont été émis par des membres très autorisés de la hiérarchie de l’Eglise, par exemple par le (à l’époque) cardinal Joseph Ratzinger dans son interview avec le journaliste Vittorio Messori Entretiens sur la foi de 1985.

Comme, encore, le même cardinal Ratzinger eut plusieurs fois à le relever, dans l’Eglise catholique existe, après la réforme postconciliaire qui l’a intéressée, une question relative à la liturgie. Association de laïcs, Alleanza Cattolica n’a pas de titre à prononcer des jugements tranchant* sur des questions théologiques qui concernent la liturgie, ni - à la différence d’autres associations – ni ne fait de la liturgie l’objet central de son activité. En tous cas, elle suit le débat sur ce thème – qui est évidemment décisif pour la vie de l’Eglise – avec l’attention dont elle est capable. En stricte obéissance aux normes et précisions de l’autorité de l’Eglise – après 2007, en particulier, au Motu proprio Summorum pontificum de Benoît XVI, qu’elle a accueilli avec joie et gratitude -, et autant que ces prescriptions et normes le permettent, Alleanza Cattolica s’efforce de transmettre à ses membres et à ses amis l’amour pour le grand patrimoine de foi et de culture apporté par la langue latine et par la liturgie dans la forme extraordinaire du Rite romain, qu’elle propose lors de ses réunions, lorsque cela apparaît possible et opportun, à titre d’ailleurs non exclusif.

(à suivre)

* [en français dans le texte]

"A titre non exclusif" parce que la liturgie de Paul VI est évidemment aussi licite (lorsque c'est vraiment la liturgie de Paul VI et non une invention fantaisiste) que la liturgie de saint Pie V. Et cela, selon moi, en vertu de la liberté religieuse des catholiques dans l'Eglise.

2 commentaires:

Marie a dit…

Humm humm Denis, j'espère que vous allez bien. Il n'y a plus que du cultuel sur votre blog. A quand le retour de la culture et du droit ?
Amicalement.

Denis Merlin a dit…

Mais non ! La culture n'est pas nécessairement laïciste.

D'ailleurs lorsque je parle de l'abbé Laguérie, du triste abbé Laguérie, je ne parle pas de culte.

Et Alleanza cattolica n'est pas une association cultuelle, mais une association de culture catholique.

De plus, le culte fait partie de la culture.