23.1.07

Impossible communautarisme catholique.


Le Salon Beige rend compte d’un article de « Permanences » intitulé « Cathos, vers la dissidence ? ». Cet article fait l’éloge d’une « contre société » ou « micro-société » catholique, il parle de « reconquête » et de « puissance sociale ».

Je pense que cette vision de la vie sociale manque de la distinction entre société publique et vie privé. D’autre part il manque de confiance en le message évangélique qui est destiné à TOUS.

Le message de l’Eglise est universel. Il s’adresse à tout homme. Il s’ensuit que la profession de foi catholique n’est en rien une garantie de faire partie des meilleurs êtres humains ou d’avoir une mission.

La foi catholique est la seule doctrine dont ses adeptes sont nécessairement moralement en dessous de la doctrine qu’ils professent. Tous les chrétiens et même tout le monde est indigne d’être chrétien. Par exemple un marxiste qui ne voit dans l’être humain qu’un peu de matière organisée, sera tous les jours de sa vie infiniment au-dessus de sa doctrine. Un chrétien qui doit aimer, qui doit s’aimer comme Jésus-Christ nous a aimé sera tous les jours de sa vie nécessairement en-dessous de la doctrine qu’il professe.

Il s’ensuit que tout repli sur soi, toute société qui croirait être « plus » catholique ou « meilleur » catholique que d’autres ou même moralement « meilleurs » que d’autres parties de l’humanité, sous prétexte de profession de foi, même commune, serait contraire à la doctrine de Jésus-Christ. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus signait « Religieuse Carmélite Indigne », ce n’est pas pour la forme qu’elle signait ainsi, mais bien parce qu’elle se jugeait indigne d’être carmélite, de même sommes nous tous indignes d’être chrétiens.

Le message du Christ n’exclut personne, absolument personne. Voilà une deuxième raison pour laquelle, il ne peut y avoir ni dissidence, ni communautarisme catholique.

La charité de Christ s’adresse à tous, c’est pourquoi, si tel est notre talent, nous pouvons et nous devons nous occuper de la chose publique. Il ne peut donc y avoir d’émigration de l’intérieur.

Madame Boutin a dit récemment qu’elle ne pouvait participer à la « Marche pour la Vie » parce que, entre autres choses, des femmes qui défilaient avaient avorté ! Quelle erreur consternante (1) ! Ce n’est pas la « pureté » supposée qui est un titre à faire le bien, c’est l’amour ici est maintenant que l’on pour soi et pour les autres. Elle a dit aussi par une erreur symétrique qu’elle n’y participait pas parce que les gens qui promouvaient cette manifestation se croyaient « purs ». Ce n’est pas ce que pensent les gens d’eux-mêmes (qui peut pénétrer dans le for intérieur ?) qui peut les disqualifier, mais l’objet de leur manifestation. Ce deuxième argument est aussi consternant que le premier.

De même, ce n’est pas l’orthodoxie sans tache mais le mandat de la hiérarchie ou du pape pour enseigner qui donne un titre.

Il ne peut y avoir de « micro-chrétienté », de « contre société » catholique. Un catholique participe à la vie commune, il y participe sans se penser meilleur, sans croire qu’il va « enseigner », il respecte tous les autres quels qu’ils soient et quelles que soient leurs croyances ou leurs incroyances.

La question de la famille, des activités privées, de l’école, les groupes de loisirs etc. est évidemment une autre question. Sinon, il faudrait considérer que toute vie privée est dissidente. On choisit ses amis, son conjoint, on assume ses parents et ses enfants et on se détend, on se cultive avec qui l’on veut, (2) cela est évidemment une autre question, mais pour autant on ne va pas se séparer par principe de la vie publique, ce qui serait une désertion.

(1) Je pense que Madame Boutin a dit cela « dans le feu de l’interview » sans bien mesurer les implications de ses arguments.

(2) Bien sûr ces activités privées auront des répercutions publiques, puisque la formation morale se fait dans la famille, mais cela est une autre question.

1 commentaire:

Marie a dit…

Bel article qu'il faudra que je relise à tête plus reposée. Je suis catho et je me sens très libre dans ma religion, mais j'aimerais qu'elle évolue elle aussi :-)