16.9.09

La mairie d'Angers viole la constitution en toute impunité

Le "Festival des accroche-coeurs" est subventionné par la mairie d'Angers.

Monseigneur l'évêque d'Angers remarque sur le site de son diocèse qu'à l'occasion de ce "festival" :

« le sacrement de l’Eucharistie a été tourné en dérision. La célébration de la messe est le cœur de notre pratique religieuse. Dans le pain et le vin consacrés, les fidèles catholiques croient à la présence réelle du Christ. La volonté de moquer publiquement leur foi en divers lieux de la ville, y compris au bas de la montée St Maurice, en face de la cathédrale, vient bafouer le droit au respect des religions».

Rappelons au maire d'Angers et aux "zautorités" judiciaires que la constitution de la République en son article 1er dispose

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances."


Ce qui serait inadmissible si le triste "festival" était d'initiative privée et non subventionné devient un véritable crime contre la constitution lorsque ce minable "festival" est d'initiative municipale et subventionné avec les deniers de tous et donc des catholiques et que des gens gagnent leur vie par ce crime, en prélevant des sommes sur les deniers publics.

Mais ce crime restera impuni. La France n'est pas un Etat de droit, ses autorités ne respectent pas les droits de l'homme notamment pas l'égalité de tous devant la loi, ni la liberté religieuse (article 1er et 7 de la déclaration universelle du 10 décembre 1948).

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Qu'attendez-vous pour porter plainte contre la France à la Cour Européenne ?

Denis Merlin a dit…

Pour agir devant la Cour européenne des droits de l'homme, il faut avoir épuisé toutes les voies de droit de son propre pays.

Comme je ne suis pas d'Angers, je n'ai pas de titre à agir contre la mairie.

De plus il me semble que le procureur pourrait se saisir de cette discrimination fondée sur la religion ou la HALDE aussi. Mais je crains que cela ne corresponde pas à leur idéologie (la seule religion d'Etat en France est la religion musulmane,selon le regretté cardinal Lustiger).

Enfin, pour agir devant les tribunaux, il faut avoir les moyens, or les "magistrats" français m'ont privé de mes biens et même du droit de m'occuper de mon fils mineur...

Anonyme a dit…

N'exagérons rien. La religon musulmane n'a pas plus de privilèges que la religion juive... En fait, toutes les religions sont égales, sauf la religion catholique qui est inférieure.

Denis Merlin a dit…

Non la religion musulmane est protégée et organisée étatiqueement par le "Conseil français du culte musulman" et les lois françaises s'apprêtent à intégrer la "chariah", c'est-à-dire à intégrer des superstitions (alors que la loi ne doit tenir compte que de la raison).

D'ailleurs si le cardinal l'a dit, ce n'était ni au hasard, ni sans raison.

"La consultation initiée en 1999 par Jean-Pierre Chevènement, et poursuivie par Daniel Vaillant, aboutit à la création du conseil en 2003[1]. Il est officiellement créé avec le soutien de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur."

"Le CFCM et le gouvernement travaillent ensemble sur des sujets comme la formation des imams, la construction de mosquées et d'autres sujets, dans le cadre de la loi de 1905."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_fran%C3%A7ais_du_culte_musulman

Ce sont donc bien des instances étatiques au plus haut niveau qui ont organisé, qui la protègent et continuent de l'aider la religion musulmane en France en infraction à la loi de 1905.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Islam_dans_la_politique_fran%C3%A7aise