14.12.06

Le nucléaire iranien et la politique française : justice, paix et politique.


Signalé par le Salon Beige http://lesalonbeige.blogs.com un article de Polemia sur le nucléaire iranien.

La question posée précisément par le dossier ne peut se résoudre qu'en remontant aux principes.

Je pense que l’arme atomique devrait être partout interdite, y compris en occident, partout dans le monde. Les stocks nucléaires militaires devraient être partout détruits, avec contrôles et sanctions par l’ONU.

En effet personne de sensé ne pourra nier que l’arme nucléaire est, en soi, une horreur. Permettant de détruire des zones entières de la planète par le feu, entraînant des souffrances indicibles pour les survivants, l’arme nucléaire devait être proscrite par tous.

La non-prolifération est un moindre mal, en attendant l’interdiction totale, définitive et universelle de cette arme.

Le site Polemia http://www.polemia.com/edito.php?id=1377 engage une réflexion sur la position de la France à l’égard de la question de la bombe atomique iranienne. Je ne peux me poser la question de savoir si oui ou non l’Iran prépare la bombe. Je ne suis pas à même de juger du dossier. Je n’en jugerai donc pas.

Je vais m'en tenir aux idées qui président à l'article de Polemia.

Dans son article Polémia a pour principe l’intérêt de la France (en quelque sorte, "la France, la France seule"). Il va chercher l'exemplaire de cette politique chez Richelieu.

Cet intérêt, selon Polémia, se situe au dessus du bien et du mal.

Les Anglo-saxons voudraient nous évincer d'Iran. Or il est de l’intérêt de la France (l’entreprise Total, les autres industries françaises etc.) de fermer les yeux sur la question du nucléaire militaire, afin de se concilier les autorités iraniennes, donc fermons les yeux. Nous fermerons d'autant plus les yeux que l'Iran, lointain, ne menace pas la France. Conduisons une politique nietzschéo-machiavélique pour la France, la France seule.

Il faudrait donc fermer les yeux sur cette question morale, qui concerne la paix et la justice. Pourquoi ? Parce que la politique étrangère serait une matière étrangère au droit et à la morale.

Cette façon de voir est très dangereuse pour la France elle-même. D'abord parce qu'on ne sait de quoi demain sera fait et qu'il n'est pas inscrit dans l'Histoire future que l'Iran ne pourra jamais être dangereux pour la France.

Mais encore plus, d'une deuxième part car la réputation d’un pays, est le premier de ses intérêts. Si la France acquiert une réputation de puissance cynique, elle aura, peut-être, emporté des marchés, mais elle aura perdu son prestige. De Gaulle disait « c’est beau, c’est grand, c’est généreux la France », ce n’est pas mesquin, sordide, avare et égoïste.

Surtout d'une troisième et dernière part, la science politique, la science diplomatique est une science morale et juridique. On ne peut séparer la science politique de la morale.

C’est la justice, la sécurité et la paix qui doivent inspirer la politique étrangère de la France, ces principes étant posés on peut bien faire entrer dans la décision politique des considérations plus basses, mais elles ne viendront qu’en deuxième plan, les buts premiers étant saufs : justice, sécurité et paix.

2 commentaires:

Marie a dit…

C'est toutes les armes qu'il faudrait détruire. Les centrales nucléaires sont certainement aussi dangereuses que les armes du même type.

Certains me rétorqueront qu'en ce cas, il nous faudra manger avec les doigts. Qu'à cela ne tienne !

Denis Merlin a dit…

Toujours pleine d'humour, Marie.

Je crois que nous ne pouvons interdire toutes les armes. Commençons par les plus dangereuses.

Non, manger avec les doigts, ce n'est pas supportable. Avez-vous remarqué combien ceux qui nous ont précédé sur cette terre ne vivaient pas vieux. Même les rois, les riches et les puissants, ils vivaient moins vieux que les gens sans fortune aujourd'hui !

Il ne faut pas nier le progrès ni s'en priver. Le nucléaire civil est certes très dangereux (Tchernobyl pourrait recommencer ? peut-être) mais il rend d'énormes et nombreux services. Donc, je suis comme l'âne de Buridan. Je ne décide pas.

Le saucisson se mange en tranches fines. Sérions les problèmes, si l'on pouvait déjà interdire le nucléaire militaire partout dans le monde ! Ce serait une première étape.