4.11.15

L'intégrisme du haut clergé catholique

Un commentateur de Riposte catholique écrit sous les déclarations ébouriffantes de Mgr Eychenne :

« Curieux comme ces gens sont fondamentalistes sur certains principes comme l’accueil suicidaire de milliers de clandestins, et permissifs sur d’autres. L’Evangile à 2 vitesses. »



Mgr Eychenne nie en effet l'existence de l'avortement pour minimiser sa réalité: l'homicide. Dans la même interview Mgr Eychenne se déchaîne contre la législation française.

« La grande tradition de l’hospitalité parcourt toutes les cultures de l’humanité (…) on n’a pas le choix ce sont des réfugiés qui quittent leur pays en guerre, il faut les accueillir. (…) La logique de l’évangile c’est accueillir un homme au titre de son humanité sans se demander s’il est juif, chrétien, musulman, s’il a un métier, s’il n’en a pas… ces critères sont inacceptables. Il faut rendre cet accueil plus simple qu’il ne l’est, car il faut reconnaitre que le contexte administratif et juridique ne facilite pas les choses.  »

Pour Mgr Eychenne ces hommes sont des "réfugiés". Ceux qui le nient sont-ils pour autant excommuniés ? Sinon à quel titre Mgr Eychenne exclut-il ceux qui nient, avec raison, qu'ils soient des réfugiés ?

Contre Mgr Eychenne, relisons le Compendium de doctrine sociale:

« Les droits des nations ne sont rien d'autre que « les “droits humains” considérés à ce niveau spécifique de la vie communautaire ». La nation possède un « droit fondamental à l'existence »; à « garder sa propre langue et sa culture, par lesquelles un peuple exprime et défend ce que j'appellerai sa “souveraineté” spirituelle originelle »; à « mener sa vie suivant ses traditions propres, en excluant naturellement toute violation des droits humains fondamentaux et, en particulier, l'oppression des minorités »

Le principe est donc bien le droit fondamental de chaque nation à l'existence. Il ne cède devant rien, surtout pas devant la manipulation et le mensonge, même attestés par le haut clergé.

Car dès lors qu'il s'agit d'accueil des prétendus "réfugiés" Mgr Eychenne est d'un fondamentalisme dévastateur. En revanche, quand il s'agit de l'avortement, alors il minimise jusqu'à nier l'évidence de l'homicide et à le qualifier, dans son français approximatif d'"opportunité" (anglicisme) ce qui semble signifier  "occasion favorable" en français (selon le Larousse):




« L’avortement n’existe pas, il n’y a que des personnes qui à un moment donné sont confrontées à cette possibilité qui s’offre à elles, quand la grossesse en cours n’est pas souhaitée, voulue, quand elle est le fruit d’un viol, d’un avortement thérapeutique ou le fait de gens en trop grande marginalité sociale pour pouvoir accueillir un enfant… c’est une opportunité que donne la société de pratiquer une interruption volontaire de grossesse. (…)»

Abject !

Qu'on ne vienne pas se plaindre du manque de vocations et de la déchristianisation. Qui voudrait collaborer avec un criminel de cette envergure ? Un homme qui bafoue ouvertement les valeurs fondamentales de la vie en société qui sont vérité, justice, droits de l'homme ?

4 commentaires:

Martial Merlin a dit…

Pourquoi juger un acte fondamentalement mauvais en fonction des circonstances ? Cela ne sert à rien : les circonstances ne vont pas changer la nature de l'acte. L'avortement est de par son objet, l'homicide d'un innocent, donc un acte mauvais. Il ne sert donc à rien d'invoquer des circonstances telles que le viol pour tenter de légitimer l'acte.
C'est tout le malheur d'une éthique conséquentialiste. A ce propos, est-il nécessaire de rappeler que le conséquentialisme a été magistralement condamné par Jean-Paul II dans l'encyclique Veritatis Splendor?

Denis Merlin a dit…

Merci pour ce commentaire. Ce qu'il y a de plus effrayant, c'est que c'est un évêque en communion avec François qui profère de pareilles incitations à l'assassinat de masse. Dans un État de droit, il devrait être envoyé en prison et l'État devrait demander sa destitution au Saint-Siège.

L'Etat laïc n'a pas à supporter un clergé de ce genre, de quelque foi ou religion qu'il se réclame.

En attendant, je comprends que l'on ne veuille même pas parler à des individus de ce genre. A fortiori participer au denier du culte pour payer cette racaille.

Denis Merlin a dit…

Votre commentaire dénonce aussi l'hypocrisie d'invoquer les viols et autres circonstances. On est donc bien dans le discours démoniaque fait de violence et d'hypocrisie. Le démon inspire cet évêque, le démon qui est menteur et homicide depuis le commencement. Très intéressant commentaire, donc.

Martial Merlin a dit…

Un grand merci !

Il faut effectivement nous garder du "levain des pharisiens qui est l'hypocrisie" (Mt. 16,6)... et continuer à prier !!

Commentant la phrase d'Archimède: "donnez-moi un levier, un point d'appui, et je soulèverai le monde", Sainte Thérèse d'Avila avait l'audace d'énoncer: "Ce qu’Archimède n’a pu obtenir, parce que sa demande ne s’adressait point à Dieu et qu’elle n’était faite qu’au point de vue matériel, les Saints l’ont obtenu dans toute sa plénitude. Le Tout-Puissant leur a donné pour points d’appui : LUI-MÊME et LUI SEUL ; pour levier : l’oraison, qui embrase d’un feu d’amour, et c’est ainsi qu’ils ont soulevé le monde".