29.8.07

La porte étroite.(Marc XIII, 24) après le discours de Benoît XVI

23 Quelqu'un lui dit : " Seigneur, n'y aura-t-il qu'un petit nombre de sauvés? " Et il leur dit :
24 " Luttez pour entrer par la porte étroite; car beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et ne pourront pas"

Luc 13

"12 Donc, tout ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le aussi pour eux; car
c'est la Loi et les Prophètes.
13 Entrez par la porte étroite; car large est la porte, et spacieuse la voie qui conduit à la
perdition, et nombreux sont ceux qui y passent;
14 car étroite est la porte, et resserrée la voie qui conduit à la vie, et il en est peu qui la
trouvent !"

Ne voulant à aucun prix rester en dehors, je vois une chose que je dois faire pour entrer par la porte étroite, c'est faire aux autres ce que je voudrais qu'ils me fassent.

Jetant un regard en arrière sur ma pauvre vie, je sais bien que trop souvent je n'ai pas été aimable, souvent très lâche et qu'au lieu de me "faire des amis" (Luc 16, 9) comme le demande Jésus j'ai fui tout le monde. Je me rattrape aujourd'hui comme je peux. J'essaie donc de dire ce que m'inspire ce passage si peu rassurant de l'Evangile.

La pratique religieuse n’est pas « source de privilège ou de sécurités ». C’est ce que le pape retient de l’image de la « porte étroite ».

Autrement dit, ce n'est pas parce que vous êtes chrétiens que vous serez sauvés, il y faut encore ne pas commettre l'injustice.

Gide a retenu, dans son roman "La Porte Etroite" que la "porte étroite" devait nous inspirer la peur du bonheur ; de ce bonheur que Dieu pourrait reprocher !

Or, c’est au contraire un fort désir de bonheur que veut nous donner Jésus. Un désir de bonheur qui ne peut être satisfait que difficilement, parce que la porte est étroite, que beaucoup cherchent à entrer dans la salle où se déroule le festin. Pour y entrer, on passe cette porte un à un ; bientôt le maître de festin fermera la porte à ceux qu’il ne connaît pas. Il ne connaîtra que ceux qui auront fait le bien.

Il faut faire le bien, ne pas faire le mal. Donc il faut aimer car faire le bien c'est aimer. Et il faut s’aimer soi-même en premier parmi les hommes (Ecclésiastique XIV Si 14,5. « Celui qui est mauvais avec lui-même, pour qui d’autre sera-t-il bon ? » traduction personnelle de la vulgate de saint Jérôme). Celui qui n'aime pas Dieu d'abord et lui-même ensuite n'entrera pas la porte étroite.

La porte étroite nous devons désirer avec ardeur la franchir, par amour pour Dieu, par amour pour nous et par amour pour nos amis. Car aimer ses amis c'est encore s'aimer soi-même.

Cette image mystérieuse de la "porte étroite" qui, ouvre sur le bonheur infini, ne dois pas nous faire imaginer que dès ici et maintenant, il s'agit d'autre chose que de nous aimer nous-même, aimer nos amis et bienfaiteurs comme nous et la justice par dessus tout.

2 commentaires:

Marie a dit…

Très joli post, Denis.

Denis Merlin a dit…

Bof, Marie vous êtes indulgente avec moi. Je le trouve trop long, un peu confus.

Je voulais exprimer que la porte étroite, c'est de s'aimer soi-même, c'est, aussi, d'être bon avec soi-même et ses amis. Parce que l'on a l'impression que la porte étroite, c'est se haïr et se faire du mal.

Dès que je serais en forme, je vais essayer de l'améliorer, mon post.

L'idée de que la croix c'est être aussi bon pour soi-même et les autres est de trop, cela rend le texte confus.