4.11.14

L'absurde et abominable procédure de Nürnberg

Parmi  les nombreuses règles de procédure pénale absurde figurant à l'accord de Londres du 8 août 1945, j'extrais aujourd'hui celles-ci:

    Article 24

    Le procès se déroulera dans l'ordre suivant:

    (a) L'acte d'accusation sera lu à l'audience.

    (b) Le Tribunal demandera à chaque accusé s'il plaide «coupable» ou non.

    (c) Le Ministère Public fera une déclaration préliminaire.

    (d) Le Tribunal demandera à l'accusation et à la défense quelles preuves elles entendent soumettre au Tribunal et se prononcera sur l'admissibilité de ces preuves.

    (e) Les témoins produits par l'accusation seront entendus et il sera procédé ensuite à l'audition des témoins de la défense. Après quoi, tout moyen de réfutation qui sera admis par le Tribunal sera produit par l'accusation ou par la défense.

    (f) Le Tribunal pourra poser toute question qu'il jugera utile, à tout témoin, à tout accusé et à tout moment.

    (g) L'accusation et la défense pourront interroger tout témoin et tout accusé qui porte témoignage.

    (h) La défense plaidera.

    (i) Le Ministère Public soutiendra l'accusation.
    (j) Chaque accusé pourra faire une déclaration au Tribunal.

    (k) Le Tribunal rendra son jugement et fixera la peine. 

Le demandeur, l'accusation, plaidera en dernier. Les défendeurs, les accusés devront donc tenter de deviner ce que l'accusateur dira pour présenter leur défense. De plus, c'est une règle conforme à la présomption d'innocence et au caractère d'exception de la peine que la défense a la parole en dernier (la défense, c'est-à-dire l'avocat qui plaidera, pas l'accusé qui fera une déclaration).

Dans le fond, ils ont eu bien du malheur (par rapport à leurs destinées éternelles) les communistes, les Anglo-Saxons et les gaullistes d'avoir en face d'eux des nationaux socialistes allemands habitués à la discipline et à l'obéissance. Je comprends mieux Pierre Laval qui refusa de participer à une parodie de justice. Les nationaux-socialistes allemands, ni leurs défenseurs n'ont, à ma connaissance pas protesté contre cette ignominie.

Les hommes d'Église importants qui n'ont pas protesté, on jeté un certain discrédit sur eux-mêmes, sur leurs successeurs, et par rapport à la sublimité de la doctrine qu'ils professaient, un doute sur leur sincérité ou au moins sur leur courage.

Car ces seules règles de procédure absurdes et par conséquent injustes, manifestement dictées par la passion, annulent le procès et le jugement.

2 commentaires:

Christoph Rebner a dit…

.. et exclure les financiers du parti NSDAP indique ceux-même

Denis Merlin a dit…

Merci pour votre commentaire très instructif, cher monsieur Rebner. En effet s'il avait fallu punir les financiers, il aurait fallu aller les chercher à New-York. La banque Lehman, disparue en 2007, a financé l'accession au pouvoir d'Adolph Hitler. Il n'est pas impossible qu'elle ait agi sur ordre de Washington (je suppose que les banquiers ne dépensent pas leur argent sans penser à leurs bénéfices, l'État, en revanche a beaucoup d'argent qui ne lui coûte rien).

Dans ce cadre, l'affaire du national-socialisme hitlérien serait une opération américano-sioniste de grande envergure avec provocations, répressions, diffamation (du peuple allemand en particulier mais pas seulement). Le pacte de non-agression Molotov-Ribbentrop serait un piège tendu à ce pauvre type de Hitler etc. Fascinant.


Pour saisir cette machination de très grande envergure, il faut n'être ni nationaliste, ni socialiste, ni national-socialiste, ni fasciste, ni antisémite, ni communiste, ni sioniste, ni anti-sioniste mais être pour la vérité, la justice et pour les droits de l'homme et avoir un peu de culture historique et juridique et avoir pas mal d'imagination.

Merci encore pour votre excellent commentaire. Vive l'amitié franco-allemande !