22.6.09

Le scandale des fouilles archéologiques des cimetières

Le corps humain, même après la mort, doit faire l'objet d'un grand respect.

Ce corps devenu purement minéral n'en a pas moins été l'hôte d'une âme qui réunissait en elle la vie végétale, animale et spirituelle. Selon la croyance des chrétiens et des Juifs ce corps doit ressusciter à la fin du monde pour être réuni à son âme qui lui redonnera vie. Il sera alors corps subtil et glorieux.

Ce respect concerne tous les corps de tous les hommes.

L'article 16-1-1 du code civil dispose :

Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort.

"Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence."

Or, on voit les archéologues violer en toute impunité ces dispositions de loi.

On "fouille" des tombes en Egypte, on fouille en France. On vole les objets funéraires sous prétexte que les morts sont morts depuis longtemps. On expose ensuite les objets volés, non sans avoir exhibé les squelettes ou les momies à la télévision ou dans les musées.

Il n'empêche que ces façons de procéder sont semblables à celles de voyous satanistes et le mobile ne change rien à l'acte, il s'agit de vols et de profanations interdits pas la loi naturelle. Les corps devraient être réinhumés dignement avec leurs objets funéraires, y compris les momies égyptiennes. Comme il s'agit de droit naturel cela n'a rien à voir avec la foi.

http://www.wikio.fr/science/archeologie/archeologie_preventive/inrap

http://archeopterre.canalblog.com/archives/2009/05/07/13647542.html

Sous ces liens on constate même que ces "travaux" de profanation sont financés par l'Etat.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, tout d'abord. A la lecture de votre texte je suis véritablement triste de ce que vous écrivez.
Certes les archéo fouillent des défunts morts depuis un certain temps, mais cela n'empêche pas le respect. Passer une journée entière à dégager un corps qui a eu une histoire c'est quand même un tête à tête qui permet de réfléchir.
Mais si on ne fouille pas que va devenir le squelette ? Dégagé à la pelle mécanique !!! Circulez y' rien à voir !
Alors peut-être vaut il mieux fouiller pour permettre de le connaître un peu mieux.
Et pour certains sites comme les monastères, les morts sont ré-inhumés sur place avec tout le respect qui leur est du.
Alors n'écrivez pas de telles inepties sur les archéo d'aujourd'hui, l'heure des pilleurs de tombes est terminée !

Denis Merlin a dit…

Merci de votre commentaire, en effet, je pense qu'il vaut mieux que les corps soient récupérés, traités avec respect plutôt que livrés à la pelleteuse et à la décharge publique.

Mais il faudrait que ces corps soient ensuite réinhumés dignement avec les objets trouvés à proximité.

Cela ne concerne peut-être pas votre service, mais je suis choqué de la façon dont sont traitées les tombes et les momies égyptiennes. Voilà des tombes qui ont été respectées par les dizaines de générations qui nous ont précédés et qui sont profanées par nous, c'est un peu pour cela que je m'indigne aussi.

Anonyme a dit…

Hum ... à votre avis qu’arrive-t-il à un corps dans un cimetière pourtant bien catholique quand la concession n'est pas renouvelée?
Il me semble que vous parlez de pratique qui vous dépasse grandement et cet je vous encourage à vous informer sur le fonctionnement d'un cimetière catholique, ne serais-ce qu'au moyen âge, période très catholique s'il en est.
Tout est une question de culture, dans notre civilisation cela ne gène personne, pas même les autorités religieuses pourtant garantes des valeurs que vous prônez avec rage. Je suis moi-même Archéologue et je trouve vos propos tout simplement injurieux, il ne s’agit même pas d’un débat mais un « baratin » lapidaire concernant le travail d'une corporation donc visiblement vous ignorez tout.

Denis Merlin a dit…

Que je sois catholique ou non ne vous regarde pas et je vous prie de bien vouloir respecter ma liberté religieuse.

Quant aux respects dus aux morts, c'est aussi ma liberté d'expression et moi je ne voudrais pas que l'on traite ainsi mes ancêtres ceux qui on été catholiques et ceux qui ne l'ont pas été, ni moi-même, ni aucun être humain. C'est d'ailleurs inscrit dans la loi républicaine que cela vous plaise ou non, et cette loi est aussi faite pour les archéologues et les autorités civiles.

Quant aux corps et objets funéraires (catholiques ou non) exposés dans les musées, il y en a à Marseille notamment au musée Borelly par exemple et au musée arlaten d'Arles.

Anonyme a dit…

"Cette disposition de loi est violée journellement dans les avortoirs où les corps des petites victimes sont brûlées dans les crématoires, mêlés à des déchets divers."

Quel rapport avec l'archéologie ? Pour la rime ? Ou le besoin de rappeler que l'eglise s'est si bien comportée vis-à-vis des fours du nazisme et qu'elle préfère excommunier une jeune fille plutôt que son violeur ?

Denis Merlin a dit…

Qu'est-ce que vous cherchez ? Que je vous dise que je ne suis pas catholique ou que je condamne l'Eglise parce qu'elle a participé, selon vous, aux crémations qu'elle interdisait à l'époque ? Que je la juge sur une affaire que je ne connais pas et qui n'a aucun rapport avec le respect dû aux morts.

Vous ne comprenez pas que que je sois catholique ou non n'est pas la question, la question c'est le droit naturel et donc les droits de l'homme et vous ne comprenez pas non plus que je ne suis pas l'Eglise.

Anonyme a dit…

Lors de ma première fouille de sépultures, j'ai eu droit à un de ces commentaires alors cet article me fait évidemment réagir. Tout d'abord, j'apporte mon soutien aux arguments de "Anonyme 1" et souhaite en ajouter un second. A la question: "vous n'avez donc pas honte de déranger le sommeil des morts qui n'ont rien demandé ?", ma réponse a été: "non".
"Non, parce qu'en fouillant des sépultures, en mettant au jour des cimetières complets, c'est de toute une population du passé que nous pouvons apprendre. Plus particulièrement, l'étude de ces individus faisant partie d'une population de référence nous permettent d'élaborer et de compléter des méthodes d'estimation de sexe et d'âge etc."
"Oui et alors ??"
"Et alors ce sont des connaissances et des techniques qui rendent les anthropologues aptes à identifier avec de plus en plus de certitude certaines victimes de catastrophes ou autres et ainsi permettent à des familles de faire leur deuil."
L'anthropologie et l'archéologie servent à enrichir nos connaissances et ont absolument les moyens d'être des disciplines AUSSI au service des vivants.
PS: de plus en plus de fouilles de cimetière prévoit une réinhumation (ex: ossuaire pour le prieuré de Saint-Cosme, Tours) au sein même du site.

Anonyme a dit…

Après l'ouverture du cercueil de Louise de Quengo, je suis choquée. Qu'a t on besoin d'eventrer son cercueil, comme cela a été écrit ? De la transférer de Rennes à Toulouse ? De la déshabiller ? E modifier la posture dans laquelle elle a été enterrée ? A t on tellement à apprendre d'un corps de 300 ans ? Puisque son nom était connu, ne pouvait on pas simplement la reinhumer a l'endroit où cela arrangeait les vivants, qui semble t'il, avaient un besoin impérieux de l'endroit? Idem pour les autres cercueils plombés de morts normalement décomposés et réduits a l'état de squelettes. Moins médiatiques. Pauvre inhumanité.

Denis Merlin a dit…

Merci, madame, d'avoir signalé ce nouveau scandale.

J'ai trouvé cela :

http://www.atlantico.fr/atlantico-light/exceptionnelle-decouverte-depouille-pratiquement-intacte-louise-quengo-morte-en-1656-rennes-2173184.html

L'auteur de l'article emploi de terme ironique de "nonne" alors qu'en français on dit: "religieuse".

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/nonne/54915?q=nonne#54538

Puisqu'on avait retrouvé un cimetière profané (probablement par les générations des XVIIIe et du début du XIXe siècles), on aurait pu en profiter pour réinhumer les squelettes dans un ossuaire et les corps bien conservés dans des tombes nouvelles. Je frémis à la pensée que ces ossements ont sans doute été détruits. Finalement comme ceux des victimes des nationaux-socialistes dans leurs camps de concentration.

Les corps humains sont sacrés. Je le réaffirme.

Merci encore de votre commentaire.