24.6.09

Human watch contre les droits de l'homme à vivre en sécurité

Selon une dépêche en anglais de l'Associated press, le représentant en France de Human watch international a condamné l'éventuelle interdiction de la burka en France.

http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5iQgwgq_BKyyMd7Ujvs9ZaVpheDpgD990EQ6G1

Mais les droits de l'homme ne sont pas isolés et ne s'exercent pas absolument. Ils dépendent les uns des autres et aucun droit de l'homme ne peut être invoqué pour en violer un autre (article 30 de la Déclaration universelle des droits de l'homme).

Le droit de reconnaître la personne à qui l'on parle, le droit de ne pas être injurié prime le droit de s'habiller comme on veut. L'homme est un animal social, nous vivons en société et cela crée des devoirs.

Il n'y a pas de droit aux lettres anonymes. Les lettres anonymes ne créent aucun droit pour leur auteur.

Or un passant crée et acquiert des droits et donc des devoirs personnels (s'il est témoin par exemple, s'il achète, s'il parle, s'il est auteur d'une infraction ou d'une bonne action).

En outre, le visage doit être découvert en société par mesure de sécurité. Or le droit à la sécurité est reconnu par l'article 9 du Pacte international des droits civiques du 16 décembre 1966 rédigé sous l'égide l'ONU.

C'est donc bien plutôt la burka qui viole les droits de l'homme.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo. C'est un bon argument. Il y en a d'autres, bien sûr, comme le traitement de la femme.
Marie

Denis Merlin a dit…

Hé oui, Marie, il y a beaucoup d'arguments dont celui que la burka est imposée aux femmes par la terreur.

Mais l'écrivain doit savoir se borner, c'est même le plus dur : élaguer dans ce que l'on a envie de dire, ordonner, être bref. Je me borne en conséquence à l'essentiel (pour éviter les discussion, car certains vont dire que les femmes sont d'accord)