7.10.16

Grossesse pour argent




La pratique de la GPA (grossesse pour autrui dite plus justement grossesse pour argent) est évidemment contraire à l'indisponibilité de la personne humaine.

Cette pratique viole les droits de l'homme et notamment ceux énoncés dans les articles suivants de la Déclaration universelle:

"Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.
Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique."

Ces droits sont protégés d'une interprétation perverse par l'article 30:

"Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés."


3 commentaires:

Un chrétien a dit…

Très bien vue l'expression 'Grossesse pour argent' ! ;-) Mais peut-être faut-il sortir du schéma de pensée où on cite la Déclaration des droits de l'homme comme référence importante?

Denis Merlin a dit…

Le terme "grossesse pour argent" semble être de madame Poumier ou de Egalité et réconciliation. En tous cas, il n'est pas de moi.

Sur les droits de l'homme : le Compendium de doctrine sociale reprenant l'enseignement de Jean XXIII les évalue positivement. Suivant ma raison et ces enseignements (crede ut intellegas), je répand le respect des droits de l'homme. Même si la Déclaration de 1948 présente des défauts.

Un chrétien a dit…

Effectivement j'ai vu à nouveau l'expression "grossesse pour argent", sur E&R il me semble. Pour gagner la bataille de l'opinion il faut marteler ce terme sur les médias sociaux et les blogs, en une phrase il résume toute la problématique de la GPA.